Accueil Société

Valérie Glatigny sur les baptêmes: «La tragédie de la semaine dernière doit servir d’électrochoc»

Interdire l’alcool ? Mieux encadrer les activités de baptême ? Pour la ministre de l’Enseignement supérieur, il y a des comportements non désirés, qui ne respectent pas la charte.

Temps de lecture: 2 min

La ministre wallonne de l’Enseignement supérieur était l’invitée de DH Radio ce lundi matin. Elle est revenue sur la présence des débordements lors des baptêmes, et en particulier la question de l’alcool.

La ministre est baptisée. Le problème selon elle, c’est l’alcool après l’activité de baptême. Pour elle, « c’est une évidence ». « Les baptêmes peuvent être organisés sans scènes d’humiliation. »

Une tragédie

« La tragédie qui s’est déroulée la semaine dernière lors d’un baptême étudiant en province de Namur doit servir d’électrochoc », affirme la ministre. Pour que ce genre d’accidents ne se reproduise pas, une charte établie en 2020 a été mise en place pour encadrer les baptêmes. Selon la DH, la charte prévoit notamment que personne ne peut être obligé à boire et que les encadrants doivent être sobres. La ministre Glatigny a également prévu une conférence pour réunir les autorités académiques, les cercles étudiants et les autorités locales.

Pas d’objectif d’interdiction

L’idée n’est pas d’interdire les baptêmes. « Il y aura toujours des fêtes étudiantes. Ce que nous voulons vraiment faire, c’est conscientiser les risques d’une consommation excessive d’alcool chez les jeunes. » Chez les étudiants et dans la société en général, la consommation d’alcool « est un véritable fléau ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par M. G., lundi 8 novembre 2021, 15:00

    Interdire les baptêmes ? Ils se feront dans la totale illégalité, d'ailleurs, c'était déjà le cas à Namur, quand j'étais étudiants, aucun compte à rendre aux autorités, mais cela n'a pas empêché d'être responsable, il n'y a jamais eu d'accident du temps où j'y participais. Mais il est vrai, rien de sexuel chez nous, ou c'était la porte de sortie définitive ... Ce que j'ai vu ailleurs, dépassait souvent les limites du tolérable pour moi.

  • Posté par Bastin Eric, lundi 8 novembre 2021, 13:48

    Ces chartes et autres sont bien jolies, mais elles existaient déjà dans les années quatre-vingts, et peut-être même plus tôt. Rien de neuf sous le soleil, donc. Combien de morts avant, et combien depuis ? Ou bien l'on a le courage de porter au pénal, comme cela commence à se faire, les dérapages graves qui relèvent du pénal, voire d'interdire purement et simplement les baptêmes, avec sanctions disciplinaires ou pénales à la clé, ou bien l'on continue à prêcher dans le désert et à accepter des "dégâts latéraux" inadmissibles au nom de ce "folklore".

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko