Accueil Monde

Sebastian Santander: «Sans ces instances, ce serait le chaos total»

Le fait qu’il existe des rencontres au niveau mondial permet de créer un cadre de dialogue, de mettre en place de la coopération à l’échelle mondiale, selon Sebastian Santander, professeur en relations internationales à l’ULiège.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe au service Monde Temps de lecture: 4 min

Sebastian Santander est professeur ordinaire en relations internationales à l’ULiège. Il est également directeur du Center for International Relations Studies (Cefir) de la faculté de droit, de science politique et de criminologie de l’université de Liège.

Fin septembre, Greta Thunberg dénonçait les « bla-bla-bla » des dirigeants sur le climat, pointant la légèreté des engagements pris par les chefs d’Etat lors de ces grandes messes. Est-ce que ces conférences sont devenues obsolètes ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs