Accueil La Une Belgique

Pour le premier magistrat du pays, «la Belgique devient un État voyou»

Jean de Codt accuse l’exécutif de « contourner la loi » et de négliger la Justice en portant atteinte à ses forces vives.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe au service Monde Temps de lecture: 2 min

« L’ État devient un État voyou !  ». Invité sur le plateau des Décodeurs RTBF à réagir au mouvement de grève qui paralyse les prisons wallonnes et bruxelloises, Jean de Codt n’a pas mâché ses mots. D’ordinaire réservé, s’exprimant très peu dans les médias, le premier président de la Cour de Cassation a visiblement dérogé à ses principes.

«  La situation dans les prisons nous touche beaucoup  », a affirmé le plus haut magistrat de Belgique qui a d’emblée élargi le débat au système judiciaire belge  : «  On a l’impression qu’à l’origine de tout ça, il y a une logique d’économie qu’on retrouve dans tout le judiciaire  ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Christine Drapier, lundi 16 mai 2016, 10:03

    Comment peut-il en être autrement? Quand on voit comment et par qui on est dirigé depuis plus de 30 ans ! Aucune vision à long terme, aucun sens de l'Etat. Seuls les intérêts partisans et politiciens et le maintien ou l'accès au Pouvoir comptent. Et que les autres niveaux de Pouvoir ne s'en mêlent surtout pas sinon on les punit et on les assèche....

  • Posté par PETITJEAN CHARLES, lundi 16 mai 2016, 9:14

    Mais la cause de tout cela, Monsieur le juge, c'est tout simplement la politique néo-libérale suivie par l'Europe et nos gouvernements successifs : réduire au maximum les moyens de l'Etat, dont la justice, la sécurité sociale ..., et donner la priorité absolue aux intérêts privés qui seraient par nature plus efficients car plus intéressés, plus responsabilisants. J'attends avec impatience l'éditorial de Mme Delvaux . Mettra-t-elle ses pieds dans ce grand plat-là ?

  • Posté par Fernand Stenuit, dimanche 15 mai 2016, 17:30

    Se faire traiter d'état voyou par son ministre de la Justice est une affirmation grave . On pourrait dire un état sans tète , sans symbiose avec le citoyen , sans prise réelle de responsabilité , désordonné , avec une administration criticable , certains ministres lamentables, un état en état de choc, un état en décomposition, un état moribond , un état aux soins intensifs en attente d'euthanasie , mais un état voyou...oui peut-ètre ... non sans doute...

  • Posté par DUMONT GERARD, dimanche 15 mai 2016, 19:27

    Excusez-moi, mais l'expression d' " Etat voyou " vient du Président de la Cour de Cassation lui-même et non du ministre. Ceci étant, ce pays dont la justice a longtemps été qualifiée d'exemplaire, est en train de rendre impuissant son dernier fleuron institutionnel malmené depuis au moins une décennie. Je ne sais plus qui disait que les temps que nous vivons sont caractérisés par la perte du sens moral et des valeurs ainsi que par la négation pure et simple de l'autorité.

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs