Accueil Belgique Politique

Plan climat flamand: Alexander De Croo met en garde Zuhal Demir

Alors que l’accord flamand sur le climat vient d’être acté, la ministre flamande de l’Environnement Zuhal Demir (N-VA) réclame que l’Union européenne revoie à la baisse l’objectif de 47 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Une réclamation que le Premier ministre n’a pas apprécié.

Temps de lecture: 2 min

Le Premier ministre Alexander De Croo a mis en garde mardi – sans la citer – la ministre flamande de l’Environnement Zuhal Demir, qui avait demandé samedi de réduire les objectifs climatiques demandés par la Commission européenne à la Belgique, au motif que des pays de l’Est de l’Europe seraient moins sollicités.

L’encre d’un accord en Flandre sur les objectifs climatiques du nord du pays était à peine sèche que Mme Demir (N-VA) réclamait, samedi dans Het Belang van Limburg, que l’Union européenne revoie à la baisse l’objectif de 47 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), que la Commission a proposé en juillet d’assigner à la Belgique pour les secteurs des transports, ménages, agriculture, commerce et services.

La nationaliste flamande justifie cette demande par la différence, trop importante à ses yeux, entre les efforts réclamés à des pays de l’Est et à des pays de l’Ouest de l’Europe. « Faites attention à ce que vous voulez », a répondu M. De Croo mardi devant le comité d’avis de la Chambre chargé des questions européennes, sans toutefois citer le nom de la ministre. « Si nous voulons mener une discussion sur les efforts climatiques que chaque pays de l’UE doit fournir, la question d’une compensation financière à une baisse de l’ambition peut rapidement survenir. Et cette compensation pourrait coûter plus cher » que l’effort initial, a-t-il dit.

« Si l’on veut entrer correctement dans le débat de la réduction des objectifs, il faut se demander si c’est vraiment la meilleure position pour tirer un avantage économique », a-t-il ajouté, en soulignant les intérêts belges dans l’exportation de technologies innovantes.

À ses yeux, débattre au niveau européen des efforts par pays ne peut se faire qu’avec des pays à l’économie et au tissu sociétal comparables, « comme les Pays-Bas pour la Flandre ». Or les Pays-Bas sont sollicités à hauteur de 49 %, « et ce que l’on constate, c’est que ce pays est en train de s’organiser pour cet objectif », a fait observer M. De Croo.

La Belgique ne s’est pas encore accordée sur la répartition de l’effort climatique entre ses différentes entités. Une discussion entre ministres du Climat est encore prévue ce mardi à Glasgow, en marge de la COP26. Quant à la répartition des efforts entre pays de l’UE, le débat doit être mené au sein du Conseil de l’UE.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs