Accueil Économie Entreprises

Rolls-Royce va fabriquer des petits réacteurs nucléaires au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni s’est engagé à décarboner son électricité d’ici 2035 et le gouvernement compte largement sur l’éolien en particulier offshore, mais aussi sur le nucléaire, alors que son parc est en fin de vie.

Temps de lecture: 2 min

Le motoriste britannique Rolls-Royce a annoncé mardi qu’il allait construire de petits réacteurs nucléaires «à bas coûts» au Royaume-Uni «à la suite d’une levée de fonds réussie» auprès d’un consortium d’investisseurs, dont le français François Perrodo.

Rolls-Royce, BNF Resources et le groupe de nucléaire américain Exelon Generation Limited vont investir conjointement 195 millions de livres sur trois ans, et le gouvernement britannique va injecter 210 millions de livres par l’intermédiaire de l’agence gouvernementale UK Research and Innovation, un investissement «déjà annoncé par le Premier ministre dans son plan en dix points pour une révolution industrielle verte».

Le milliardaire François Perrodo, président de la compagnie pétrolière et gazière Perenco et membre d’une des familles les plus riches de France, est un actionnaire de BNF, a confirmé auprès de l’AFP une source proche du dossier.

Rolls-Royce dit qu’il va continuer à «chercher activement d’autres financements» et va travailler à identifier des sites «pour les usines qui vont fabriquer les modules qui permettront un assemblage sur place», d’après un communiqué.

Ces activités pourraient «créer jusqu’à 40.000 emplois, à travers leur déploiement au Royaume-Uni» et les activités d’exportations, a relevé le directeur général de Rolls-Royce Warren East.

Le ministre de l’Énergie et des Entreprises Kwasi Kwarteng a pour sa part ajouté que «les réacteurs modulaires de petite taille (SMR) offrent des opportunités enthousiasmantes de couper les coûts dans notre utilisation déjà en repli des carburants fossiles» afin de générer «de l’électricité propre».

À la mi-journée, l’action du groupe bondissait de 4,2% à 147,74 pence.

Un projet vert ?

Les ONG écologistes dénoncent la présentation des petits réacteurs comme un projet «vert» et les jugent «plus chers que les technologies renouvelables» sans compter qu’il n’y «a toujours pas de solution pour se débarrasser des déchets radioactifs», déplore Doug Parr, directeur scientifique de Greenpeace.

«Pire encore, il n’y a pas de prototype en vue à courte échéance. Le délai immédiat est une coupe drastique des émissions (polluantes) d’ici 2030 et les petits réacteurs ne vont jouer aucun rôle là-dedans», poursuit-il.

«Si nous voulons trancher les émissions rapidement tout en gardant les coûts de l’énergie abordables, les énergies renouvelables accompagnées de stockage et de meilleurs réseaux de distribution électriques sont une option plus sure que des mini-réacteurs nucléaires», conclut M. Parr.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références références Tous les jobs