Accueil Sports

60% d’«étrangers» et 40% de «locaux»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Être Belge ne fait pas de vous automatiquement un joueur localement formé, à l’instar du Courtraisien Timothy Derijck qui était aux Pays-Bas entre ses 15 et 21 ans, ce qui oblige les clubs à bien faire attention.

Un regard sur l’atlas démographique du CIES démontre que la D1A comporte cette saison 61 % de joueurs considérés comme étrangers où seuls trois clubs (FC Malines, FC Bruges et Zulte Waregem) ont accordé plus de temps jusqu’ici aux joueurs belges, là où le Standard et… l’Antwerp flirtent avec l’équilibre.

Stabilité

Comme le rappelle un rapport d’audit sur l’impact économique du football rendu par Deloitte en juin 2021 à la demande la Pro League, le rapport oscille toujours dans cette fourchette 60-40.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sports

Analyse Anderlecht et Kompany s’offrent une bouffée d’air

Les deux Sportings avaient l’occasion de réaliser la belle affaire du week-end, samedi soir, au Mambourg. C’est celui de Vincent Kompany, soulagé, qui a décroché une victoire capitale. En crise au coup d’envoi, les Mauves reviennent à un petit point du Top 4.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs