Accueil Monde France

France: des témoignages accablants contre PPDA

Elles sont huit, dans « Libération », à dénoncer les agissements de l’ex-présentateur vedette de TF1. Dont sept à visage découvert.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

C’est son propre témoignage qui les a poussées à enfin parler. C’était le 3 mars dernier. Dans l’émission « Quotidien », sur TMC, une filiale du groupe TF1. Patrick Poivre d’Arvor jurait ses grands dieux qu’il n’avait jamais accepté « une relation qui ne serait pas consentie ». Il se présentait comme un « séducteur », admettait faire des « bisous dans le cou » des femmes. Mais un agresseur, un violeur ? Jamais de la vie ! La journaliste et autrice Florence Porcel venait alors de l’accuser de viol. D’autres femmes avaient commencé à témoigner contre lui. « Uniquement des témoignages anonymes. Personne qui ose venir me voir les yeux dans les yeux », avait lancé l’ex-présentateur vedette du journal télévisé.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Saint Lager François, vendredi 12 novembre 2021, 18:15

    Et bien évidemment chère Joëlle Meskens vous ne faites pas partie de ce petit milieu médiatique parisien qui était au courant comme à la belle époque de DSK. Votre article arrive trop tard beaucoup trop tard, vous avez de nouveau préféré ne rien dire...C'est affligeant et vous manquez affreusement de courage. Tirez sur une ambulance, c'est un peu facile, non ?

  • Posté par Lete Catherine , mercredi 10 novembre 2021, 10:07

    Loin de moi l'idée de défendre PPDA ou tout autre (présumé) prédateur. Ce que l'on découvre en lisant ces articles - et si c'est vrai - c'est très très moche. Mais pourquoi attendre si longtemps avant de se défendre? Pourquoi le faire via les réseaux sociaux et/ou les médias? Et pourquoi soudainement lorsque une poule caquette il s'en trouve toute une basse-cour pour dit "moi aussi", je veux la peau du coq! Si tu ne dit rien pendant des années (et je sais que ce n'est pas facile d'en parler - demande de l'aide) alors tu te tais à jamais. Bon sang, on vaut mieux que çà les filles! Battez-vous à la loyale, sans attendre et en utilisant les armes éthiques et légales qui sont à votre disposition. Car ce que vous faites ici, çà aussi c'est moche et cela ne donne pas une belle image de la femme. Voilà, c'est dit, et maintenant, je m'attends à me faire trucider par la gente féminine dont je fais partie...

  • Posté par Haegelsteen Philippe, jeudi 11 novembre 2021, 18:12

    Je trouve, à contrario, qu'il faut du courage pour dénoncer, à visage découvert, des agressions alors que la prescription des faits met l'auteur présumé à l'abris des sanctions judiciaires. De plus, ces femmes s'exposent, peut être, à des poursuites pour diffamation si elles n'apportent pas de preuves des agressions.

  • Posté par Mahieu Claude, jeudi 11 novembre 2021, 16:03

    Votre commentaire est tout à fait pertinent ! Le fait que, lorsqu'une victime se confie après souvent pas mal de temps , une série d'autres tout d'un coup se souvient et suit le mouvement , suscite le doute et la perplexité et finalement dessert la cause féminine . Réagir tout de suite , bien que ce ne soit souvent pas facile à cause des pressions est la meilleure manière de dénoncer des attitudes inacceptables de la part de personnes qui vu leur position dominante n'hésite pas à considérer les femmes comme des objets dont ils peuvent disposer de droit .

  • Posté par Esquenet Alexandre, mardi 9 novembre 2021, 20:20

    Le porc finalement.

Plus de commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs