Accueil Monde États-Unis

Assaut du Capitole: un tribunal contrarie Trump

Le milliardaire républicain avait notamment invoqué le droit de l’exécutif à garder certaines informations secrètes.

Temps de lecture: 2 min

Un tribunal américain a autorisé mardi la transmission à une commission d’enquête parlementaire de documents liés à l’assaut contre le Capitole du 6 janvier par des partisans de Donald Trump malgré les tentatives de l’ancien président pour les garder secrets.

« La cour soutient que l’intérêt du public exige de répondre favorablement aux vœux conjoints des branches législative et exécutive d’étudier les événements qui ont mené au 6 janvier », a écrit la juge fédérale Tanya Chutkan dans sa décision, diffusée par plusieurs médias américains.

Donald Trump souhaitait notamment empêcher la diffusion à la commission d’enquête de la Chambre des représentants, contrôlée par les Démocrates, de centaines de documents incluant les listes de personnes lui ayant rendu visite ou l’ayant appelé le jour de l’attaque du Capitole.

Le milliardaire républicain avait notamment invoqué le droit de l’exécutif à garder certaines informations secrètes. « Les présidents ne sont pas des rois et le plaignant n’est pas président », a cependant asséné la juge Chutkan dans le document judiciaire.

Les avocats de Donald Trump ont déjà fait part de leur souhait de faire appel de cette décision, a rapporté le Washington Post. L’annonce de la juge Chutkan intervient alors que la commission parlementaire enquêtant sur l’assaut du Congrès a lancé mardi une nouvelle salve d’assignations à comparaître pour des proches de l’ex-président, notamment son ancienne porte-parole à la Maison-Blanche, Kayleigh McEnany.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Debrabander Jean, mercredi 10 novembre 2021, 7:01

    pour les (documents) garder secret ... les événements qui ont mené aux 6 janvier . Pas de correcteurs au Soir ?

Sur le même sujet

Aussi en USA

Affaire Epstein: un 2e témoin confirme le rôle de Ghislaine Maxwell

A l’instar de la première victime qui a raconté la semaine dernière les abus sexuels de Jeffrey Epstein quand elle n’avait que 14 ans, ce témoin a confirmé le rôle que jouait l’accusée, jugée pour avoir recruté de 1994 à 2004 de jeunes filles mineures afin de les mettre à disposition du financier américain mort en prison en 2019.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs