Accueil Société

Pourquoi le 11 novembre n’est pas un jour férié en Allemagne

Pas de 11 novembre en Allemagne mais le souvenir d’une mutinerie à Kiel contre l’empereur. Les Allemands ne commémorent pas l’armistice de 1918 mais la proclamation de la République.

Temps de lecture: 2 min

Alors que les Belges, les Français ou les Britanniques commémorent ce jeudi la fin de la « Grande Guerre », les Allemands fêtent la révolution, celle de la fin d’un autre monde : celui de l’empire de Guillaume Ier et de Guillaume II. Pas même un discours ou une minute de silence à l’assemblée fédérale (le Bundestag). Aucune commémoration officielle n’a été prévue pour marquer l’armistice du 11 novembre, qui n’est même pas une défaite dans l’inconscient collectif.

Le mois de novembre est également un mois chargé d’histoire pour les Allemands. Le 9 novembre est le jour le plus important de l’histoire en Allemagne et a complètement effacé le 11 novembre. C’est le jour de la double proclamation de la République en 1918 (par le social-démocrate Philipp Scheidemann et par le communiste Karl Liebknecht) mais aussi du putsch raté d’Adolf Hitler en 1923 et surtout du pogrom contre les Juifs du Troisième Reich en 1938 (la « Nuit de Cristal »). Enfin, le 9 novembre est le jour de la chute du Mur de Berlin en 1989.

Pour autant, le 9 novembre n’est pas un jour férié ni un jour de fête nationale : si les Allemands se réjouissent de la chute du Mur, ce n’est pas le cas du putsch d’Hitler ou de la Nuit de Cristal.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Delpierre Bernard, vendredi 12 novembre 2021, 15:49

    @Coets Jean, mon propos n'était certes pas d'innocenter l'Allemagne mais de relever le caractère émotionnel de certaines décisions du côté français; quant aux exactions commises en Belgique surtout les premières semaines du conflit, c'est du bout des lèvres que le Président allemand Gauck en visite en Belgique a reconnu certains faits scandaleux mais sans être poussé dans ses derniers retranchements par des délégués belges trop mous ou peu conscients de la gravité des massacres commis...

  • Posté par Coets Jean-jacques, jeudi 11 novembre 2021, 12:33

    Le 11 novembre n'est pas à proprement parlé commémoré le 11/11 en Grande-Bretagne. Il y a bien quelques cérémonies et l'émouvante "deux minutes de silence" entamée par la BBC à 11.00. Mais ce n'est pas un jour férié. Les vraies commémorations se déroulent le dimanche le plus proche du 11 novembre, donc ce dimanche 14/11.

  • Posté par Coets Jean-jacques, jeudi 11 novembre 2021, 12:33

    Le 11 novembre n'est pas à proprement parlé commémoré le 11/11 en Grande-Bretagne. Il y a bien quelques cérémonies et l'émouvante "deux minutes de silence" entamée par la BBC à 11.00. Mais ce n'est pas un jour férié. Les vraies commémorations se déroulent le dimanche le plus proche du 11 novembre, donc ce dimanche 14/11.

  • Posté par Delpierre Bernard, jeudi 11 novembre 2021, 10:41

    La signature de l'armistice fut hélas le prélude de la prochaine guerre puisque par stupidité les alliés (mais surtout les français) n'ont pas exigé la présence d'autorités militaires allemandes pour la signature, leur laissant ainsi la possibilité d'imputer aux autorités civiles (proclamation de la république le 09/11) la responsabilité de ce que les généraux qualifièrent de capitulation honteuse. Et puis pour les français , c'était l'occasion d'empêcher la poursuite des hostilités que les américains auraient dominées. Fondé sur l'orgueil et la vengeance, le traité de Versailles fut ensuite la grande erreur politique de l' histoire, on connait la suite.

  • Posté par Coets Jean-jacques, jeudi 11 novembre 2021, 12:32

    Il y avait bien deux représentants militaires allemands, le général Von Winterfeldt et le capitaine de la marine allemande Vanselow. De plus, c'est le Haut-Commandement allemand qui refuse de négocier un armistice et décide de passer la main au gouvernement civil. Cela permettra aux militaires allemands de développer le mythe du "coup de poignard dans le dos", alors que la situation militaire (et alimentaire en Allemagne) est désespérée. Enfin, les Américains n'avaient ni l'envie ni les moyens de "dominer" les hostilités. Que du contraire, le Président Wilson souhaitait une victoire rapide et a fait pression sur les Français pour se montrer moins intransigeants à Compiègne et pour "adoucir" le Traité de Versailles, menaçant de se retirer des négociations, avec ses troupes, alors que Ludendorff rêvait de reprendre les hostilités. Le Traité de Versailles a longtemps été présenté comme la source principale de la 2e guerre mondiale, ce qui est largement exagéré. Les paiements effectués par l'Allemagne au titre de réparations n'ont été "que" de 20 milliards de Mark-or dont plus de la moitié provenait de prêts américains, le solde étant payé "en nature". Le calcul des réparations ayant été faits sur base des capacités allemandes et non sur base des revendications alliées. De plus, à l'issue de la guerre, l'économie allemande n'a pas souffert de la guerre contrairement à l'industrie française du nord du pays complètement détruite. L'Allemagne est également moins endettée que la France ou les Royaume-Uni. Cependant, le Traité de Versailles a été utilisé par l'orgueil des militaires allemands pour le présenter comme la source de tous les maux subis par ce pays entre 1918 et 1931 et pour distiller un désir de vengeance dans toute la société allemande. L'orgueil et la vengeance étaient allemands et pas français ! Un élément en atteste encore, l'Allemagne a attendu 2001 pour présenter des excuses pour les exactions commises en Belgique au début de la guerre... Le déni a duré 87 ans !

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko