Accueil Société

Adélaïde Blavier: «Le suivi psychologique des victimes doit être mieux structuré»

Organisé dans l’urgence voire l’improvisation, le soutien psychologique apporté aux victimes des inondations navigue dans le flou. Les bonnes volontés cachent mal l’absence d’une approche structurée.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Economie Temps de lecture: 4 min

Professeure à l’ULiège, Adélaïde Blavier est spécialisée dans les psycho-traumatismes. Exceptionnel par son ampleur et la persistance de ses effets dans le temps, le traumatisme psychologique généré par les inondations rend indispensable à ses yeux la création d’une approche plus structurée. « La France est beaucoup mieux organisée », assure-t-elle.

En quoi les inondations ont-elles créé une situation exceptionnelle, sur le plan psychologique ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs