Accueil Monde Union européenne

Europe de la Défense: vers 5.000 soldats sous le drapeau de l’UE

L’Union européenne va s’équiper d’une « boussole stratégique » : un « guide pour l’action », afin de moins dépendre des Etats-Unis, de l’Otan ou de coalitions ad hoc pour la gestion de crises dans son voisinage et au-delà. L’heure est à la décision, plaide Josep Borrell, le haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères : « l’Europe est en danger ». Et l’UE doit être un « prestataire de sécurité ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 8 min

L’Union européenne, combien de divisions ? Aucune, pour le moment. Mais cela devrait changer.

« Nous avons besoin d’une capacité européenne de déploiement rapide », annonce Josep Borrell, le haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, au cours d’un entretien accordé à quelques médias européens, dont Le Soir. Cette force militaire d’intervention, « modulable » en fonction des besoins, devrait compter jusqu’à 5.000 hommes. Mais surtout, insiste le chef de la diplomatie de l’UE, elle devrait être « opérationnelle » : réellement prête à l’emploi et… réellement déployée sur le terrain des crises dans le voisinage de l’Union, et au-delà. « Nous devons être prêts à réagir. » Sous la bannière de l’UE.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Frissen Jean-Marie, vendredi 12 novembre 2021, 15:02

    La seule arme de l'UE est l'arme commerciale. La pire pour les ennemis car elle touche au portefeuille des dirigeants qui se goinfrent et plaquent leur fric dans des paradis fiscaux, même lorsque nous avons eu des espoirs vers une transition démocratique (come en Ukraine avec un petit bonhomme qui a planté 41 millions de $ et qui attaque les journalistes de son pays qui révèlent que son nom apparaît dans les Panama Papers). En fait, ces ordures qui nous gouvernent n'ont à la bouche que le terme de "diplomatie" pour éviter de devoir attaquer ceux qu'ils retrouvent sur les pistes de Gstaad ou les yachts qui mouillent aux Caraïbes. La méthode c'est de fauire crever un Loukachenko malgré les dommages collatéraux et on fait pareil avec les clochards russes et leur PIB/hab de sous-développés. Plus un enfant du régime dans nos écoles et universités. Plus un avion de l'Aeroflot ou de la compagnie biélorusse dans notre espace aérien. Plus de visas pour les touristes russes. Plus un centime d'échanges commerciaux et on averti que tout pays hors UE sur lesquels nous avons des moyens de pression (Turquie notamment) qui continuera à faire du commerce avec ces truands verra sa ligne de crédits coupée et le commerce à l'arrêt. Le gaz russe ? On s'en passera. On a vécu une pandémie avec une économie à l'arrêt. Nous avons une banque centrale qui peut continuer à jouer à l'hélicoptère. Les Etats aideront les nombreux nouveaux chômeurs mais ceux en face finiront par crever. C'est la seule solution. le reste, c'est blabla de "copains" de ski.

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs