Accueil Société

Coronavirus: les hôpitaux ferment des lits de soins intensifs par manque de personnel

Les lits indisponibles se retrouvent dans tous les hôpitaux, que ce soit Bruxelles, Namur, Liège, Gand ou Louvain. Peu d’infrastructures échappent en outre à la pénurie de personnel.

Temps de lecture: 2 min

En théorie, les hôpitaux belges disposent de plus de 2.000 lits en soins intensifs mais, contrairement aux précédentes vagues de covid, ce n’est pas tout à fait le cas dans la pratique. Il y en effet désormais trop peu de personnel pour les prendre en charge. Pour le moment, dans les services de soins intensifs, il est ainsi estimé qu’environ 5 % des lits sont « perdus », c’est-à-dire indisponibles pour accueillir un patient, rapporte De Standaard vendredi. La tendance est aussi notable dans les services normaux des hôpitaux, avec là aussi une capacité réduite.

« Nos marges s’amenuisent », résume Marcel Van der Auwera, le chef du département Aide d’urgence du SPF Santé publique et de l’Hospital & Transport Surge Capacity Comité – HTSC, qui surveille au quotidien la situation. « Nous n’avons pas d’aperçu des contaminations du personnel par hôpital, ni de l’absentéisme, mais les lits fermés que les hôpitaux nous communiquent donnent une image indirecte de leur capacité. »

M. Van der Auwera reconnaît que certains lits ne sont pas disponibles aussi pour des raisons techniques, comme pour la rénovation d’une aile. « Mais soyons réalistes au sujet de ces chiffres en hausse : je ne pense pas que les hôpitaux envisagent la 4e ou 5 vague comme un moment idéal pour des travaux de rafraîchissement. »

Les lits indisponibles se retrouvent dans tous les hôpitaux, que ce soit Bruxelles, Namur, Liège, Gand ou Louvain. Peu d’infrastructures échappent en outre à la pénurie de personnel.

La solidarité est toutefois à l’œuvre entre collègues mais celle-ci pèse également, selon Marcel Van der Auwera, qui capte aussi beaucoup de signaux de burn-out.

« Les hôpitaux me rapportent cela car, quand les soignants sont appelés à rejoindre un département covid, ils se portent aussi parfois malades. Ils n’en peuvent plus. D’autres jettent aussi l’éponge définitivement et cherchent un autre emploi. Ce qui est compréhensible : les décès quotidiens sont pour le grand public un fait divers, mais ces personnes sont confrontées à un nombre hors norme de mourants. Nous le sous-estimons. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Mauer Marc, vendredi 12 novembre 2021, 13:22

    Tout à fait d’accord avec Smyers JP. C’est d’autant plus choquant que dans la population, personne ne défend ce système !

  • Posté par Smyers Jean-pierre, vendredi 12 novembre 2021, 11:35

    Depuis quelques années, les soins de santé se privatisent et se soumettent aux "lois du marché". Un absurdité totale et scandaleuse: la santé est un secteur clé des services publics: je rappelle que nos impôts et nos cotisations servent en principe à l'alimenter. Depuis que des margoulins (j'ose le terme) décident de la "viabilité" des services de santé, souvent en fonction d'actionnaires plus soucieux de leur portefeuille que du bien d'autrui, nous avons glissé sur une pente délétère. Je le rappelle encore: nous payons des impôts et des cotisations pour ces soins, contrairement aux pays anglo-saxons, mais nous glissons doucement, sans raison et sans diminution des impôts vers un modèle qui n'est pas le nôtre.

  • Posté par Meys Stéphanie, vendredi 12 novembre 2021, 10:31

    Pfff courage à tous !

  • Posté par Lhermitte Jean-Yves , vendredi 12 novembre 2021, 10:07

    Et on nous parle de nouveau confinement ... rien n est fait ds les hôpitaux

  • Posté par Mauer Marc, vendredi 12 novembre 2021, 9:28

    C’est la première fois que je constate un décrochage de cette ampleur entre l’offre et la demande ! N’importe quel entrepreneur réagirait en amélioration les conditions de travail, les salaires … ici, rien ! Et c’est la même chose en france, 20% de lits inaccessibles suite au manque de personnel. Jusqu’où nos gouvernants vont-ils laisser aller les choses ? 50% de lits fermés ? Pensent-ils que l’hémorragie va s’interrompre d’elle-même ? Cette situation est indigne, tant envers le personnel soignant concerné qu’envers la population !

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko