Accueil Société Régions Wallonie

Inondations: en juillet, l’Ourthe est passée au second plan des préoccupations

A Esneux-Tilff puis à Angleur (Liège), c’est l’Ourthe qui a fait des ravages en juillet dernier. Pourtant, les informations ont été parcellaires au plus fort de la crise.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

On l’oublie un peu vite : en chiffres absolus, c’est à Liège que les inondations de la mi-juillet ont fait le plus grand nombre de sinistrés, surtout dans les faubourgs de Chênée et d’Angleur. Appelé à témoigner devant la commission d’enquête du parlement de Wallonie, le bourgmestre Willy Demeyer (PS) a avancé le nombre de 10.700 personnes impactées.

En bord de Vesdre, d’Ourthe ou de Meuse, il est vrai qu’on n’a pas assisté à Liège à l’effondrement de maisons comme à Trooz ou Pepinster. Au plus fort de la crise, le grand public a appris que le fleuve avait failli déborder et noyer le centre-ville, mais que la Cité ardente avait finalement échappé au pire, « à quelques centimètres près », a précisé l’échevine Christine Defraigne (MR), qui faisait fonction de bourgmestre le 15 juillet.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Desmet Marc, mardi 16 novembre 2021, 14:00

    Exceptionnel d'accord, mais faute ou pas, gouverner c'est prévoir... Apparemment au plus il ont des diplômes et au plus ils sont payés au moins ce pays fonctionne.

Aussi en Wallonie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs