Accueil Sports Football Diables rouges

Kevin De Bruyne évoque le projet d’une Coupe du monde tous les deux ans: «Pas une mauvaise idée en soi»

Le Diable rouge ne ferme pas la porte à un Mondial plus fréquent, mais pose deux conditions.

Temps de lecture: 3 min

Kevin De Bruyne est moins fringant cette saison avec Manchester City qu’à son habitude. Statistiquement parlant, le Diable rouge est à la peine avec seulement deux buts et surtout, aucune passe décisive en Premier League. Mais il en faut bien plus pour le perturber, comme il l’a fait savoir ce vendredi en conférence de presse à la veille du match de la Belgique contre l’Estonie.

« Le début de la saison a été difficile pour moi. J’ai moins joué, j’étais moins en forme et je luttais toujours avec cette cheville », a expliqué De Bruyne. « J’ai moins d’assists, mais cela ne dépend pas que de moi. C’est une interaction avec les attaquants. Je ne suis pas inquiet, c’est juste un moment de moins bien dû à ma cheville. Après l’Euro, j’ai eu trois semaines de vacances, mais au bout d’une semaine, j’avais encore très mal. Je n’ai finalement pas eu de repos mental ni physique. Maintenant, je me sens mieux et je m’entraîne bien, donc tout va bien. »

Face à l’Estonie, De Bruyne trouvera devant lui non pas Romelu Lukaku ni Michy Batshuayi, mais plutôt Christian Benteke, qui fait son retour chez les Diables. « J’ai déjà joué avec Benteke et je sais que le déclic va se faire aussi avec lui. L’attaquant qui est devant moi m’importe peu, je peux jouer avec tout le monde. » Il espère d’ailleurs pouvoir valider la qualification pour la Coupe du monde 2022 à l’occasion de ce duel. « Il y a évidemment des matches plus prestigieux que celui-ci, mais il faut gagner tous les matches. Gagner contre l’Estonie est le plus important, surtout qu’assurer la qualification face à notre public est toujours plus agréable. »

Depuis quelques mois, l’idée d’une Coupe du monde tous les deux a été lancée par la Fifa. Interrogé à ce sujet, De Bruyne a confié avoir participé en début de saison à une réunion avec la fédération internationale et Arsène Wenger, porte-parole de ce projet. « Ce n’est pas une mauvaise idée en soi, mais j’ai dit deux choses. Premièrement, il faut que les différentes fédérations et associations nationales impliquées travaillent ensemble sur ce projet. Deuxièmement, il faut qu’en fin de saison, les joueurs aient du temps pour se reposer. L’idée n’est pas mauvaise, mais cela ne peut fonctionner que si tout le monde travaille ensemble. »

Le repos est finalement un terme qui est souvent revenu dans la bouche de De Bruyne dans cette conférence de presse. De quoi se poser des questions quant à son avenir au sein de l’équipe nationale. « Arrêter après le Mondial 2022 ? Ça dépendra de comment je me sens », a-t-il confié. « Si j’ai encore l’envie de jouer si souvent… Je ne sais pas, peut-être que j’aurai besoin de plus de repos à l’avenir. C’est difficile à dire aujourd’hui. J’ai déjà 30 ans, le temps passe vite. Je comprends mieux mon corps désormais, donc on verra. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Diables rouges

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir