Accueil Monde Proche-Orient

Proche-Orient: six mois après les bombardements, Gaza s’enlise toujours plus dans la dette

Victime de quinze années de blocus et de quatre guerres menées par Israël, l’enclave voit toutes les couches de sa population de 2 millions d’habitants touchées par des dettes de plus en plus lourdes.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

La douleur au genou de Mohammed Hijazi se réveille. L’inaction, le manque de soleil. Et ce n’est que son cinquième jour de prison pour une dette de 1060 shekels – moins de 300 euros – vieille de trois ans, qu’il ne parvient pas à rembourser. Celle pour laquelle il avait déjà passé neuf jours à l’ombre, en 2018. Pourtant, tout n’allait pas si mal, jusqu’à ce que cet homme de 54 ans, d’allure modeste, à la petite moustache et la voix douce, tombe malade, en 2014. Il a commencé à tousser, à cracher du sang – à sombrer dans de longs évanouissements. Sa famille croit à un cancer, mais ce n’est pas le cas. Il faut faire des examens. Le propriétaire de l’immeuble, dans lequel Mohammed était concierge, le fait partir, non sans lui donner un apport suffisant pour acheter un appartement à Rimal, l’un des beaux quartiers de la ville de Gaza.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs