Accueil Société

#balancetonbar: de la colère en ligne à la manifestation dans la rue

L’Ufia a appellé à un boycott du milieu de la nuit ce vendredi pour dénoncer les agressions sexuelles. Le ministère public de la capitale confirme une réelle hausse du nombre de dossiers ouverts pour faits de mœurs au cours des dernières années.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe au service Monde Temps de lecture: 4 min

Elles ont quitté les réseaux sociaux pour prendre la rue. A l’appel de l’Union féministe inclusive et autogérée (Ufia), militantes féministes et personnes concernées par les agressions sexuelles en milieu festif se sont regroupées ce vendredi à 20 heures place de l’Albertine à Bruxelles pour appeler à un boycott des bars et boîtes de nuit afin de dénoncer les nombreuses violences sexuelles et un manque de prise en charge des victimes ou « survivantes », qualification préférée par l’Ufia.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Raurif Michel, samedi 13 novembre 2021, 17:27

    La solution du problème est pourtant très simple; imposer la pose par du personnel compétent, à l'entrée de chaque dancing d'un dispositif anti-viol comme par exemple une ceinture de chasteté sur chaque jeune fille !!!

  • Posté par Mauer Marc, samedi 13 novembre 2021, 16:37

    Au lieu du boycott, qui fait du bruit mais absolument rien d’autre, et qui en plus tape sur une autre personne que le coupable, il y a des solutions : 1) nomination d’une personne référente destinée à être le contact systématiquement disponible dans chaque établissement 2) mise à l’abri et protection immédiate de la personne dénonçant des faits 3) consignation immédiate dans un carnet de liaison 4) rapport SYSTÉMATIQUE vers les forces de l’ordre de tout fait déclaré.

  • Posté par Mauer Marc, samedi 13 novembre 2021, 16:26

    Il serait grand temps que ces personnes découvrent ce qu’elles semblent ignorer : la non mixité choisie est illégale car elle exclu une partie de la population sur la base de critères illégaux ! Malgré le terme à deux balles choisi, il s’agit tout bonnement de discrimination de genre, chose que les femmes ont dénoncé avec raison suffisamment longtemps pour s’abstenir de la pratiquer à leur tour.

  • Posté par Montana Tony , samedi 13 novembre 2021, 14:29

    Et toutes ces lesbiennes qui font partie de la bande de violeurs on les dénonce aussi ?????

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs