Accueil Société

Coronavirus: les ministres flamands de l’Education et de la Jeunesse opposés au port du masque à l’école pour les enfants de 9 ans

Les ministres flamands de l’Education Ben Weyts (N-VA) et de la Jeunesses Benjamin Dalle (CD&V) sont opposés au port du masque à l’école pour les enfants de 9 ans

Temps de lecture: 2 min

Le ministre flamand de l’Education Ben Weyts (N-VA) s’oppose à la proposition de faire porter un masque buccal aux enfants dès l’âge de 9 ans à l’école telle que proposée par le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit). Il l’a annoncé samedi matin.

« Faire porter un masque aux enfants à partir de la troisième année pendant sept heures par jour a un impact énorme sur ces enfants et sur leur processus d’apprentissage. En revanche, l’efficacité de la mesure diminue avec l’âge, car les masques ne sont utiles que s’ils sont portés correctement », explique M. Weyts.

Une opposition qui rejoint celle du ministre flamand de la Jeunesse Benjamin Dalle (CD&V) samedi dans De Ochtend sur Radio 1.

« Il y a beaucoup d’infections dans toutes les catégories d’âge et c’est aussi le cas chez les enfants, mais il ne faut pas sous-estimer ce que signifie cette obligation de porter un masque buccal. Avec des enfants de cet âge, qui améliorent encore leur langage, c’est quelque chose qui n’est pas innocent et auquel il faut vraiment faire attention. Je pense que les gens sous-estiment parfois l’impact de quelque chose comme ça sur les enfants », déclare M. Dalle.

La ministre Désir pas favorable au port du masque par les élèves de primaire

La ministre de l’Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles Carlone Désir (PS) s’oppose-elle au port du masque chez les élèves de 4e, 5e et 6e primaire, pouvait-on lire ce samedi dans La Libre Belgique et les journaux de Sudinfo . Une mesure qu’appelle pourtant de ses voeux le ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke pour tenter de contenir l’actuelle 4e vague de l’épidémie de coronavirus.

Pour la ministre Désir, l’obligation de port du masque en primaire apparaît comme un choix de société et non comme une décision fondée sur des arguments scientifiques.

« Lorsque la plus-value d’une mesure sur le plan épidémiologique est si peu démontrée alors que les inconvénients en termes de confort et d’apprentissage sont majeurs, le bien-être des enfants doit être privilégié », rétorque-t-elle dans les colonnes de Sudinfo samedi.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par NIVELLES Stephan, dimanche 14 novembre 2021, 10:12

    Je trouve mes contemporains de plus en plus lamentables. Nous sommes définitivement dans une société de vieux (j’ai plus de 65 ans) . La vaccination a démontré son efficacité pour prévenir les cas graves de contamination par une réduction indubitable de hospitalisations en soins intensifs, et malgré cela, il y a encore des anti vaccins, ceux là même qui encombrent les hôpitaux. Il est demandé complémentairement des respecter les gestes barrières, le port du masque raisonné, à savoir le porter où c’est obligatoire évidemment et quand les circonstances semblent l’imposer à savoir quand la densification de l’assemblée augmente, même si ce n’est pas strictement imposé. Et maintenant on vient imposer des contraintes aux enfants pour les vieux (+ de 18 ans) puissent faire n’importe quoi, c’est ahurissant !!!!! Dans vos études sur l’inefficacité du masque, est il tenu compte du port correct de celui-ci. Pratiquement tous les masques sont standards, il n’est en pratique pas possible d’en acheter adapté à la morphologie des individus. Une experte indique que croiser les élastiques pour raccourcir ceux-ci n’est pas admis car cela provoque une fuite latérale. Mais que dois faire la personne qui a un visage plus fin ? Revenons en aux enfants, nos pontes ont ils des masques adaptés aux visages d’enfants à proposer ? Si ce n’est pas le cas, les détracteurs du port du masque ont de beaux jours devant eux pour démontrer leur inefficacité.

  • Posté par Durieux Karine, samedi 13 novembre 2021, 14:00

    Si j'ai bonne mémoire, le masque est actuellement obligatoire en Flandre pour les élèves de 5ème et 6ème primaire, mais pas en secondaire. En Wallonie et à Bruxelles, il est obligatoire en secondaire mais pas en primaire. Un peu de cohérence rendrait les choses moins polémiques...

  • Posté par Rabozee Michel, samedi 13 novembre 2021, 14:36

    Exactement... Et donc, ces 2 ministres ergotent entre le port à 9 ans et le port à 10 ans (déjà obligatoire en Flandre à 10 ans, 5é primaire).

  • Posté par Peeters PCR, samedi 13 novembre 2021, 13:56

    47 études confirment l'inefficacité des masques pour COVID et 32 ​​autres confirment leurs effets négatifs sur la santé, les jeunes enfants forcés de porter des masques sont particulièrement préoccupants. Les liens sont dans l'article: https://www.lifesitenews.com/news/47-studies-confirm-inefectiveness-of-masks-for-covid-and-32-more-confirm-their-negative-health-effects/ et Sciensano réalise une étude au sujet des éventuels effets sur la santé de (nano)particules présentes dans les masques buccaux. Les premiers résultats du projet TiO2Mask montrent la présence de quantités variables de particules de dioxyde de titane dans les masques buccaux. Nous devons encore étudier si ces particules peuvent effectivement être libérées et dans quelle mesure, et si elles peuvent présenter un risque pour la santé. https://www.sciensano.be/fr/coin-presse/etude-sur-la-presence-de-dioxyde-de-titane-dans-les-masques-buccaux-premieres-conclusions

  • Posté par massacry olivier, samedi 13 novembre 2021, 19:30

    Et le jus de coco, on en parle?

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko