Accueil Sports Football Diables rouges

Les Diables sont officiellement dans l’avion pour le Qatar

Cinq à la suite. Le vieux record de Guy Thys, qui avait emmené les Diables des années 80 à 4 tournois de suite, a été battu par la génération dorée. Dans un an, pratiquement jour pour jour, l’équipe nationale belge participera à sa 14e phase finale d’une Coupe du monde. Une qualification, grâce à une victoire au petit trot contre l’Estonie (3-1) saluée avec un enthousiasme poli par le public du stade Roi-Baudouin.

Analyse - Temps de lecture: 4 min

Du travail bien fait. Vite fait et pas trop mal fait compte tenu des circonstances. On n’ira pas jusqu’à dire que les absents (Lukaku, Batshuayi, Doku, Vermaelen, Alderweireld, Tielemans et Praet depuis le jour même du match) ont eu tort mais il ne fallait en tout cas pas avoir eu la mauvaise idée de traîner dans les embouteillages du plateau du Heysel sous peine de manquer le but d’ouverture tombé du pied de Benteke après une petite dizaine de minutes. Un super ballon de De Bruyne, à 40 m vers Carrasco, suivi d’un centre mal estimé par un défenseur estonien et l’affaire était déjà dans le sac ! L’ouverture du score par le pays de Galles face à la Biélorussie était déjà contrée.

À l’affût à un bon mètre de la ligne de but, l’attaquant de Crystal Palace a sans doute inscrit l’un des buts les plus faciles de sa longue carrière. Ce même Benteke aurait pu doubler la mise un peu plus tard dans la rencontre si son envoi n’avait touché du bois. Et même triplé la mise mais cette fois, le tir fut un rien trop croisé. Pas de doute, le troisième homme dans la hiérarchie des attaquants de pointe avait mangé du lion. L’adversaire, en sa défense centrale, ne lui compliquait il est vrai, guère l’existence, tant les espaces étaient aussi nombreux que les approximations en matière de placement. Mais qu’importe, le Liégeois ne boudera pas son plaisir. Son double plaisir même : celui d’avoir été titularisé pour la première fois depuis deux ans (Belgique-Chypre en novembre 2019) et d’être passé par la case but six mois après le goal inscrit au milieu d’un chapelet d’autres, eu mois de mars à Louvain face à la Biélorussie (8-0).

Dans ce concert de joyeusetés offensives attendues, on attendait évidemment la réaction d’Eden Hazard. Vissé de force au banc du Real depuis de longues semaines, le capitaine des Diables a eu l’occasion de s’exprimer pour la première fois depuis longtemps. Dans son jardin d’Eden qui lui a tant de fois réussi. Malgré un nombre incalculable de ballons touchés, il faut bien admettre que le manque de rythme l’a souvent empêché de produire ce petit coup de reins génial dont il a déposé le label en son temps. Son face à face avorté avec le gardien estonien (finalement sanctionné d’un hors-jeu, aurait constitué une simple formalité en matière de crochet il n’y a pas si longtemps. Mais s’il ne fallait évidemment pas attendre un Hazard en format Coupe du monde 2018 à ce stade d’une carrière enlisée dans l’incompréhension, le public du stade Roi-Baudouin restera sur sa faim. Après 61 minutes de présence, le Brainois finit par quitter la pelouse, sans doute plus satisfait d’avoir tenu le coup sur le plan physique que de sa prestation sur le fond. Dans trois jours, il tentera de remettre le couvert pour un temps de jeu équivalent. Là où certains de ses équipiers seront sans doute déjà rentrés dans leur club.

Le déplacement de mardi au pays de Galles ne sera donc qu’un match amical. Pas vraiment une surprise, mais encore fallait-il que les Diables se mettent à l’abri. Malgré deux poteaux (De Bruyne, Benteke), l’addition mit tout de même le temps à prendre un peu de consistance. Un bon mois après avoir placé la rampe de lancement d’un faux espoir contre la France, Carrasco a une nouvelle fois régalé. Via une frappe sèche, décoché depuis l’entrée de la surface, presque plein axe. Un but sans concession ni discussion. Un but d’attaquant. Un but de buteur qui s’est peut-être trop longtemps ignoré à force de contre-emploi en équipe nationale.

Après une ultime demi-frayeur due à la réduction du score signée Sorga (2-1) bien vite évacuée par un goal de Thorgan Hazard monté au jeu, voilà donc le chapitre des éliminatoires définitivement clos. Sous les applaudissements certes nourris des 35.000 spectateurs en fin de rencontre, mais sans un enthousiasme délirant. Qu’elle est loin la liesse de cette soirée folle de Zagreb en octobre 2013 où Lukaku avait ramené la Belgique en Coupe du monde pour la première fois depuis la lointaine expédition japonaise de l’ère Waseige !

Les bulletins des Diables face à l’Estonie: Carrasco décisif sur deux des trois buts belges

La Belgique a validé son billet pour la Coupe du monde 2022 au Qatar ce samedi lors de la 9e et avant-dernière journée des qualifications, en s’imposant à domcile contre l’Estonie (3-1).

Temps de lecture: 3 min

6 Courtois : Il a passé une soirée tranquille, ne se couchant qu’à une seule reprise en première période pour accompagner un tir non cadré de Poom, jusqu’au but d’Horga. Il se détend bien sur le tir de Sappinen, mais ne peut rien sur le rebond offensif estonien. Il a aussi joué avec le feu en tentant et en manquant une relance loin de ses cages, mais cela n’a pas eu de conséquences.

6 Castagne : Quelques passes manquées en début de match, mais pour le reste, il a parfaitement assumé son rôle dans cette défense à trois en couvrant systématiquement les longs ballons estoniens. Une intervention rude mais correct dans sa surface.

5,5 Denayer : Il a véritablement joué dans un fauteuil dans l’axe de la défense. Une tentative de la tête sur corner mais le ballon est passé au-dessus des cages d’Igonen. Malheureusement, il se fait avoir dans le duel par Sappinen sur le 2-1.

6 Vertonghen : Beaucoup de calme, de sérénité en défense lorsqu’il a été un peu mis sous pression. Quelque peu nerveux, tout de même, quand Zenjov est venu lui chatouiller les chevilles.

6,5 Meunier : C’est lui qui est à la base de la première action de Benteke dans la surface (1re). Il sert ensuite son numéro 9 qui trouve le poteau de la tête. Ses montées incessantes ont fait beaucoup de mal au côté gauche de l’Estonie.

6,5 Witsel : De la précision et beaucoup de propreté, que ce soit dans ses passes ou dans ses interventions défensives. En perte de balle, il a parfaitement joué son rôle de pompier de service pour tout de suite calmer les ardeurs estoniennes.

6,5 De Bruyne : Sans forcer, KDB a réalisé une prestation satisfaisante, entachée par quelques passes manquées. Il trouve les gants et le poteau d’Ignonen sur coup franc (15e) et offre surtout un but sur un plateau à Thorgan Hazard en deuxième période. Remplacé par De Ketelaere.

7,5 Carrasco : Un match plein pour le Colchonero, très remuant, décisif sur les deux premiers buts des Diables rouges : son centre à ras-de-sol a surpris Ignonen et profité à Benteke. Son but en deuxième période ne doit rien à personne : sa frappe lourde du pied gauche à l’entrée de la surface n’a laissé aucune chance au gardien estonien. Remplacé par Mertens.

6 Vanaken : Il trouve Benteke dans la surface dès la première minute de jeu, avant de connaître plus de difficultés sur le plan offensif. Mais il n’a pratiquement perdu aucun ballon et a souvent réussi à trouver des partenaires aux abords de la surface.

5 E. Hazard : Une perte de balle au milieu de terrain, un face-à-face manqué, des mauvais choix... Il n’a surtout pas eu beaucoup d’impact sur le plan offensif, malgré sa technique qui fait encore des merveilles. À l’image de ce tir à la 59e, au bout d’une combinaison réussie, bien trop mou pour tromper la vigilance d’Ignonen.

7 Benteke : Une chose est sûre : il avait faim ! Dangereux dès la première minute, il profite d’une erreur d’Ignonen pour débloquer le marquoir. Une tête magnifique qui termine sa course sur le poteau (21e), et un tir croisé que le même Ignonen a su sortir d’un arrêt magnifique. Moins en vue en seconde période, ou en tout cas moins dangereux. Remplacé par Benteke.

Remplaçants

6 Saelemaekers: beaucoup d’envie, de hargne et quelques actions qui ont enflammé le stade Roi Baudouin. Il marque un but magnifique de l’extérieur du pied, malheureusement refusé pour un hors-jeu de position.

6,5 T. Hazard: à la base de son propre but, il décale Mertens avant de profiter du centre de De Bruyne pour faire 3-1 de la tête. Contrairement à son frère, il a amené beaucoup de danger sur le flanc gauche.

6,5 Mertens: une passe intelligente pour De Bruyne sur le 3-1. Dynamique sur le flanc gauche.

NC Origi, De Ketelaere.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Dubois alain, dimanche 14 novembre 2021, 4:56

    On s'en fout.

  • Posté par El Cabron Nicolas, dimanche 14 novembre 2021, 0:01

    J’étais certain qu’ils arriveraient à battre l’Estonie. Bravo à eux.

  • Posté par Thiolon Alain, samedi 13 novembre 2021, 23:56

    Pour être éliminé en quart de finale c'est pas la peine de se taper un tel voyage ..

Sur le même sujet (2)

Aussi en Diables rouges

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir