Accueil Société

Afghanistan: les zones d’ombre de l’évacuation belge

Comment le gouvernement a-t-il sélectionné les militants afghans qu’il a choisi d’évacuer ? « Le Soir », qui a contacté une quinzaine d’acteurs du dossier, a répertorié une vingtaine de personnes prises en charge, sur un décompte final de 185 évacués. Au même moment, les difficultés s’accumulent pour les candidats au regroupement familial et au visa humanitaire.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

Nous effectuons notre devoir consulaire mais aussi notre devoir moral », plaidait, en pleine crise afghane, la ministre des Affaires étrangères Sophie Wilmès (MR). La Belgique prendra sa «  fair share », sa juste part pour venir en aide aux Afghans et Afghanes en danger, insistait, en pleine opération d’évacuation, le secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration Sammy Mahdi (CD&V).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par collin liliane, lundi 15 novembre 2021, 14:25

    L'Etat belge ne doit accueillir que des apostats. Pas la peine d'importer ici ce qui a provoqué le désastre là-bas.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs