Accueil Société

Bruxelles: environ 200 policiers protestent en marge du Te Deum

Les 4 syndicats policiers étaient présents. Ils avaient amené leurs couleurs, de multiples drapeaux, des pétards et des fumigènes. Les policiers ont hué les représentants de l’État à leur arrivée.

Temps de lecture: 2 min

Environ 200 policiers, selon l’estimation sur place de la police de Bruxelles-Ixelles, ont fait office, lundi matin, de public d’accueil du Te Deum pour la Fête du Roi derrière les barrières installées face à la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule à Bruxelles.

« Nous sommes les gardiens régaliens de l’autorité et être présents aujourd’hui est donc pour nous hautement symbolique », explique Raoul Moulin, secrétaire permanent pour la police à la CSC. « C’est un acte fort, un acte de rupture. On a eu les attentats, puis la pandémie ? La ministre nous avait dit qu’on méritait plus qu’une prime et au final, on nous dit qu’on n’aura rien. C’est un appel au Roi, au chef de l’État pour dire que quelque chose doit être fait pour les policiers. »

Les syndicats de police entendent protester contre la révision de l’organisation des fins de carrière et contre le blocage des négociations sur une revalorisation salariale.

« On n’a plus été augmenté depuis la réforme des polices d’avril 2001 », rappelle Frédéric Fortunato, permanent syndical SNPS. « Après le conclave budgétaire en octobre, la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden a retiré les 60 millions pour la revalorisation salariale, qui étaient sur la table des négociations depuis quelques mois, car les communes n’ont pas d’argent. Mais, on le savait déjà ? »

S’ajoute au mécontentement le possible retrait de l’aménagement permettant aux policiers de bénéficier d’un départ à la pension anticipé, qui a été repoussé de 56 à 62-63 ans, au motif qu’il y a notamment des places aménagées dans les bureaux pour les fins de carrière. La suppression des 100 millions sur la législature pour le fonctionnement de la police fédérale est perçue comme un autre coup dur.

Il s’agit d’une première action d’une longue série de deux mois.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Fontesse Philippe, lundi 15 novembre 2021, 20:41

    Ils sont déjà trop payés, pour les attentats, c'est l'armée qui a fait le plus et eux, c'est depuis un blocage des salaires bien avant l'an 2000 qu'ils n'ont pas eu de révision salariale, on en parle de nouveau mais ce sera peut-être comme les précédentes bloquées avant d'être effectif. De plus, si les militaires avaient le malheur de faire ses courses pendant son travail, directement les réseaux sociaux et les médias les dénonçaient mais quand c'est la police, là pas de problème. Eux aussi risque leur vie. Est ce aussi normal que certains policiers boivent de l'alcool pendant leur service ? En tout cas, c'est ce que j'ai constaté lors du marché de Noël à Bruxelles. Certains se plaignent des conditions de travail, mais qu'ils ouvrent les yeux, pourquoi les militaires pouvaient avoir comme salle de repos dans une cave à côté du système de chauffage donc bruit infernal. Il y a d'autres personnes qui travaillent dans de mauvaises conditions pour un salaire bien moindre.

  • Posté par Dubois Raymond, mardi 16 novembre 2021, 10:31

    QUE VOUS ESTIMEZ VALABLE - CORRECTIF -

  • Posté par Dubois Raymond, mardi 16 novembre 2021, 10:29

    Commentaire qui n'a rien à voir avec la réalité du terrain - DOMMAGE que tellement de citoyens n'ont AUCUNE connaissance du vécu réel de la vie des policiers - Les autorités engagent ... Q 'attendez-vous pour servir de cible en ayant un salaire que VOUS estimer valable ???

  • Posté par Bonisseur de La Bath Adolphe, lundi 15 novembre 2021, 11:50

    Qu'ils arrêtent de protéger les politicards. Et de faire respecter les décisions de la dictature sanitaire. C,a c'est un acte fort.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko