Accueil Belgique Politique

Coronavirus: les ministres de la Santé en Wallonie et Flandre veulent ouvrir le débat sur l’obligation vaccinale

Le Premier ministre Alexander De Croo et le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke y sont plutôt réticents.

Temps de lecture: 2 min

Le ministre flamand de la Santé, Wouter Beke, veut ouvrir le débat sur l’obligation de se vacciner contre le covid, a-t-il fait savoir lundi alors que de plus en plus de partis se positionnent en faveur de cette mesure.

Dimanche, la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale (PS), a plaidé dans ce sens si la saturation des hôpitaux menaçait et, lundi, la vice-Première ministre Groen, Petra De Sutter, s’est dite favorable au débat afin d’éviter qu’une société divisée entre vaccinés et non-vaccinés ne se crée. Jusqu’à présent, en revanche, tant le Premier ministre Alexander De Croo que le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, se sont montrés réticents, le second jugeant qu’il s’agissait d’une « question théorique ».

« Ce n’est pas une solution à court terme, mais je veux fermement ouvrir ce débat », a déclaré pour sa part M. Beke.

Le ministre CD&V avait déjà indiqué que cette idée n’était pas un « tabou » à ses yeux. Il va aujourd’hui un cran plus loin. « Je reçois des signaux inquiétants de nos hôpitaux. La résistance de notre personnel est forte, mais elle n’est pas illimitée », a-t-il ajouté.

Si cette obligation n’offre pas de solution à court terme pour la population en général, il en va autrement du personnel soignant, selon M. Beke qui souhaite une entrée en vigueur rapide du projet de loi annoncé par le ministre fédéral Frank Vandenbroucke.

Le point est à l’ordre du jour d’une réunion du comité ministériel restreint fédéral qui a débuté à 16 heures. M. Vandenbroucke a prévu une suspension de l’agrément des soignants qui refusent la vaccination à partir du 1er avril mais certaines modalités doivent encore être réglées, en particulier le sort des dispensateurs de soins qui demeurent récalcitrants.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

24 Commentaires

  • Posté par L. D., lundi 15 novembre 2021, 18:54

    Pour les non-vaccines confinement contrôle par bracelet électronique comme en Chine. Le non-vaccine n'ayant pas accès au télétravail serait mis à pied sans salaire, chômage, ni CPAS. Une ration quotidienne serait livrée contre paiement.

  • Posté par curto calogero, mardi 16 novembre 2021, 15:44

    Vous êtes vacciner, avec un vaccin qui ne protège pas, un produit blanc, comme dans les super marché, et en plus vous êtes vacciner, sans garanti, ni le fabricant, ni le gouvernement, si vous avez des effets secondaire, vous laisser votre famille, dans les soucis.

  • Posté par El Cabron Nicolas, lundi 15 novembre 2021, 18:36

    @ Smyers J-P. Ma parole, vous vous êtes senti visé par mon propos. Vous êtes manifestement plus clairvoyant que je ne l'avais imaginé.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, lundi 15 novembre 2021, 18:47

    Et je suis encore et toujours M. Smyers. Pas un gamin que le pion croit intelligent d'interpeller.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, lundi 15 novembre 2021, 18:46

    Mais, voyez-vous, vous avez le front un peu bas pour imaginer, M. El Cabron.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs