Accueil Société

Les policiers mènent des actions à Bruxelles et dans les aéroports: d’importantes perturbations

Les syndicats de police mènent une action mardi matin dans la rue de la Loi et la rue Belliard à Bruxelles. Les automobilistes peuvent s’attendre à des perturbations du trafic jusque midi.

Temps de lecture: 3 min

Les militants des quatre syndicats, CGSP-ACOD, CSC-ACV, NSPS-NSPV et SLFP-VSOA, se sont rassemblés au petit matin à la gare centrale. De là, à partir de 6h30, ils se sont rendus à pied vers les rues de la Loi et Belliard.

Cette action résulte de négociations salariales au point mort. Les syndicats s’opposent également à une révision du règlement de fin de carrière pour la police et se disent insatisfaits du manque de ressources pour les services de police.

Les tunnels de la capitale ont été fermés ce lundi matin suite à la présence de manifestants. Malgré leur réouverture, les perturbations restent importantes. Il faut prévoir jusqu’à deux heures de retard. « C'est un peu l'effet que nous recherchions bien sûr », a expliqué Eddy Quaino de la CGSP à Belga. « Nous ne faisons pas une action pour faire plaisir à la population, nous la faisons pour faire valoir notre point de vue auprès du gouvernement : pour faire comprendre que nous en avons assez. »

Après avoir bloqué le carrefour Arts-Loi pendant plus d’une heure et demie, les manifestants ont quitté le centre vers 8h30 pour rejoindre l’aéroport.

Depuis mardi matin, des actions étaient effectivement menées autour de l’aéroport de Zaventem, de Charleroi et de Bierset (Liège), provoquant des embouteillages et de longues files d’attente. Les contrôles frontaliers pointilleux ont duré environ une heure mardi en début de matinée dans chacun des aéroports concernés. Une centaine de personnes ont manqué leur vol à Bruxelles, d’après la VRT.

A Zaventem, la situation s’est entre-temps normalisée depuis la fin de l’action, a fait savoir Patrick Roijens, du syndicat de police VSOA (SLFP), contacté par Belga. Mais à Bierset et Charleroi, cela pourrait mettre plusieurs heures pour résorber le retard, souligne pour sa part Vincent Gilles, président du SLFP.

Une série d’actions

L’action devrait se terminer à midi. Lundi, une action a déjà eu lieu lors du Te Deum de la fête du Roi dans la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule de Bruxelles. Les militants y ont accueilli les représentants politiques sous les huées.

> Bruxelles : environ 200 policiers protestent en marge du Te Deum

Selon Joery Dehaes de l’ACV-CSC Police, une brève entrevue avec le Premier ministre Alexander De Croo a eu lieu lundi en marge du Te Deum, mais elle n’était pas de nature à annuler les autres actions prévues : « Il a promis que le gouvernement voulait discuter et chercher des solutions. Mais on se parle depuis le mois de mai et ça ne va pas mieux. Il n’y a encore rien de concret sur la table. »

« Nous attendons une proposition », a déclaré Luc Breugelmans, adjoint permanent à la police de la CGSP-ACOD. « Nous sommes prêts à nous asseoir autour de la table à tout moment. Je n’imagine pas que l’argent nécessaire soit trouvé si rapidement. Mais il y a encore deux mois d’actions prévues, donc ils ont le temps. »

Les syndicats ne veulent pas rendre publics les lieux et moments exacts de leurs actions, qui peuvent consister en des semaines sans pénalités ou des grèves du zèle dans les aéroports. Les actions ne se limiteraient pas non plus à Bruxelles et pourraient s’étendre progressivement.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Pillois Martine, mardi 16 novembre 2021, 16:23

    Gérant deux agences bancaires, l'une proche d'un commissariat principal, l'autre d'un hôpital universitaire, j'ai eu l'opportunité de comparer les traitements des policiers et du personnel hospitalier. La différence est large comme un fossé en faveur des policiers. 25 à 30 pourcents net. Que les policiers osent se plaindre est choquant dans la situation sanitaire actuelle. Et quelle opinion avoir d'un État qui flatte à ce point les prétoriens ?

  • Posté par Druide David, mardi 16 novembre 2021, 16:03

    Et après ces flics pleurnichent car de moins en moins de citoyens ne les respectent.... Vous n'êtes pas assez payés? Il fallait faire autre chose bandes d'ingrats!

  • Posté par Fontesse Philippe, mardi 16 novembre 2021, 14:11

    Pourquoi la population est prise en otage, ce sont les politiciens qui décident. J'espère que quelqu'un ou un groupe qui aura été gêner par ces policiers, portera plainte, les grévistes n'ont pas tous les droits et pour rappel, ici, ils ont prêtés serment de respecter les lois et la constitution donc ils sont entièrement dans leur tort. Ont-ils rentrer une demande pour manifester avec itinéraire et celle ci a-t-elle été acceptée ?

  • Posté par NICODEME CLAUDE, mardi 16 novembre 2021, 13:00

    Ils ont peut-être raison dans leur négociations salariales; mais est-ce la bonne manière pour s'attirer les sympathie des citoyens ?

  • Posté par Cordier Daniel, mardi 16 novembre 2021, 9:20

    Il sera plaisant de lire le nombre de manifestants selon les organisateurs et selon la police...

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko