Accueil Belgique Politique

Masque, télétravail…: ce qui est connu et ce que le Codeco doit encore trancher

Les représentants des gouvernements fédéral et des entités fédérées se retrouveront à partir de 14h30, ce mercredi, pour discuter des nouvelles mesures à mettre en place pour tenter d’endiguer la propagation du coronavirus.

Temps de lecture: 3 min

On le sait depuis ce lundi, le Comité de concertation qui était initialement prévu vendredi aura lieu mercredi.

Les représentants des gouvernements fédéral et des entités fédérées se retrouveront à partir de 14h30 pour discuter d’éventuelles nouvelles mesures à mettre en place pour tenter d’endiguer la propagation du coronavirus.

Ce qui est sur la table

Afin de préparer ce Codéco, les principaux ministres du gouvernement De Croo ont reçu, ce lundi, une série de documents préparatoires qui établissent des comparaisons avec les vagues précédentes de la pandémie dans le pays, des comparaisons avec les autres pays et des comparaisons entre personnes vaccinées et non vaccinées.

Les mesures préconisées par le GEMS (groupe d’experts conseillant le gouvernement) portent sur trois points. Tout d’abord, les experts recommandent une nouvelle fermeture du secteur de la nuit et de toutes les activités les plus risquées où le masque et les distances de sécurité ne peuvent pas être respectés. Outre les discothèques, le Gems a dans le viseur les sports de contact à haut risque ou les loisirs estudiantins.

Deuxième grosse restriction proposée : rendre le télétravail à nouveau obligatoire jusqu’aux vacances de Noël. Seuls certains secteurs pourraient être exemptés, comme par le passé.

Troisième élément fort : l’imposition du masque pour les enfants dès 9 ans (quatrième primaire) à l’école comme dans tous les lieux où le masque est obligatoire.

Ce qui est déjà connu

Réuni en comité ministériel restreint, le gouvernement fédéral a déjà défriché un peu le terrain, lundi soir. Il proposera mercredi d’imposer le télétravail durant trois ou quatre jours par semaine.

Au cours de sa réunion, il s’est également accordé sur les modalités de l’obligation vaccinale pour le personnel soignant.

Une phase transitoire s’appliquera entre le 1er janvier et le 31 mars, avant une obligation pleine et entière à partir du 1er avril, a-t-on appris de source gouvernementale.

Entre le 1er janvier et le 31 mars, les membres du personnel soignant devront attester soit du vaccin contre le Covid-19, soit avoir passé un test PCR dans un délai de 72 heures à leurs frais. Ceux qui ne rentreraient pas dans ces conditions bénéficieront du chômage temporaire corona. Dès le 1er avril, l’obligation s’appliquera pleinement. Le personnel qui ne serait pas vacciné sera dès lors licencié de plein droit et bénéficiera du chômage classique avec maintien de l’ancienneté et des droits.

Le texte doit passer au conseil des ministres vendredi et être soumis au Conseil d’État.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

19 Commentaires

  • Posté par Wathelet Michel, mardi 16 novembre 2021, 13:13

    Et ceux qui sont immunisés naturellement, on les pique également ?

  • Posté par STORDIAU Pierre, mardi 16 novembre 2021, 22:31

    Qu'entendez-vous exactement par "immunisé naturellement" Monsieur Wathelet ? Avoir eu la maladie ? (en ce cas vous auriez déjà reçu un cst) ...

  • Posté par Rabozee Michel, mardi 16 novembre 2021, 13:47

    C'est dans leur intérêt, oui, car cela augmente leur immunité (un peu comme la troisième dose pour les personnes dont l'immunité faiblit), lire cette analyse publiée par la RTBF: https://www.rtbf.be/info/societe/detail_coronavirus-l-immunite-naturelle-est-elle-meilleure-que-l-immunite-acquise-suite-au-vaccin?id=10878027

  • Posté par Hanon Jean, mardi 16 novembre 2021, 11:55

    Je suis impatient d'entendre la définition de sport de contact à haut risque....

  • Posté par Frissen Jean-Marie, mardi 16 novembre 2021, 11:39

    Il y a aujourd'hui en Wallonie 70000 personnes de 65ans et + non-vaccinées. A ceux-là, il faut ajouter 30000 Flamands et 25000 Bruxellois. Nous avons donc dans ce pays 125 000 personnes (soit plus de 10% de la population de 65+) qui refusent de se protéger pour protéger les autres ! Il suffit d'1% de cette masse, soit 1250 personnes pour complètement saturer les soins intensifs dans lesquels, déjà aujourd'hui, des gens à sens civique ne peuvent se faire soigner pour laisser la place à ces inciviques idiots atteints de complotite aigüe. Mais qu'on les confine dans un bocal ! Et qu'ils cessent de geindre ces sales égoïstes !

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs