Accueil Culture Cinéma

Jane Campion: «Je donne tout à mes films. Ça devient ma vie»

Douze ans après « Bright Star », Jane Campion revient au cinéma avec « The Power of the Dog ». À découvrir en salle dès ce mercredi puis sur Netflix le 1er  décembre.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 7 min

Jane Campion, c’est cette réalisatrice iconique, cette pionnière qui, à travers le temps, a participé à un changement de paradigme dans l’industrie du cinéma. Celle qui filme le désir comme aucune autre, depuis Sweetie, son premier long-métrage présenté à Cannes en 1989. Celle qui fit d’Holly Hunter l’héroïne muette de La Leçon de piano mais aussi le leader spirituel d’une tribu de femmes blessées dans Top of the Lake. Celle aussi qui, en 1993, fut la première à recevoir la Palme d’or à Cannes pour La Leçon de piano et la deuxième seulement à être nommée à l’Oscar de la meilleure réalisation.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs