Accueil Culture Cinéma

Deux films 4 étoiles: les sorties nous gâtent cette semaine (vidéos)

La « Julie » de Joachim Trier, « France »… Nos critiques dans leur intégralité, les bandes annonces et les séances.

Critique - Temps de lecture: 2 min

Julie (en 12 chapitres) (Joachim Trier)

Le cinéaste norvégien conjugue brillamment le fond et la forme pour questionner notre monde contemporain. Il établit un équilibre intelligent entre les personnages, offrant des dialogues incisifs, des situations autant poétiques que drôles, émouvantes, féroces, toujours d’une justesse qui fait mouche. On aime ce déroulé de vie peuplé de fulgurances, d’éclats solaires, de mélancolie et de doutes. On est happé par une dynamique de mise en scène épatante, comme par l’énergie irradiante de Renate Reinsve. Le film d’une époque pas si légère que ça.

France (Bruno Dumont)

Un mélange de réalisme, d’outrance et de théâtralité. Et ça fonctionne à merveille. Comme un uppercut. L’approche de Bruno Dumont est féroce, cruelle et drôle. Il réussit un film intime et flamboyant.

The power of the dog (Jane Campion)

Féroce, prenant, sensible, un récit troublant, parfois ambigu. Au départ, on pourrait croire que l’on fait face à un « simple » western. A un film d’époque tel qu’on en a vu d’autres. Mais petit à petit, il se transforme en mélodrame bien plus profond, questionne la masculinité et la norme. Les apparences se révèlent trompeuses, et l’opinion que l’on s’était faite des personnages se trouble. Un film d’époque atmosphérique, qui s’inscrit pleinement dans la vision artistique de Jane Campion. Elle y maintient une tension constante, suggère les choses, mais laisse le spectateur libre de se faire son opinion et ne ferme aucune porte.

SOS fantômes : l’héritage (Jason Reitman)

Gil Kenan et Jason Reitman retrouvent la saveur d’un certain cinéma des années 80. Oui, oui, celui des Spielberg & co. Et, tout en restant contemporains, s’amusent avec de multiples allers-retours entre leur film, porté par une toute bonne troupe d’acteurs, et les deux du paternel, que ce soit dans leur scénario, par de multiples clins d’œil ou les caméos (forcément) attendus. Pour les fans comme pour les novices !

Kom hier dat ik U kus (Sabine Lubbe Bakker & Niels van Koevorden)

Une chronique familiale touchante, puis le portrait fort et puissant d’une jeune femme qui parvient à s’affirmer. Une analyse de la société aussi, des rapports familiaux, du monde de l’art. Plutôt fin et même souvent assez drôle. Bref, une jolie surprise.

Toutes les autres sorties cinéma

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez toutes les sorties, salles et horaires sur Cinenews

Découvrez le programme
Cinenews Voir les articles de Cinenews