Accueil Société

Comité de concertation: télétravail, vaccination obligatoire… les mesures attendues

Face à la quatrième vague de l’épidémie, le télétravail, le Covid Safe Ticket ainsi que le port du masque seront une nouvelle fois au cœur des discussions du Comité de concertation ce mercredi dès 14 h 30.

Temps de lecture: 4 min

Ce mercredi à 14 h 30 se tiendra le 22e Comité de concertation depuis le début de la pandémie. Cette fois-ci, il s’agira de discuter des mesures pouvant ralentir la quatrième vague. A priori, l’heure n’est pas au retour de mesures aussi fortes que des fermetures complètes ou la mise en place d’un lockdown. Nous n’en sommes pas là, mais le ton reste grave.

L’objectif serait plutôt de « redresser les digues derrière la vaccination ». Une mesure est particulièrement avancée sur la table : le télétravail. La « forte recommandation » de travail depuis chez soi serait actuellement bien trop peu respectée. Une mesure vivement soutenue par certains politiques comme c’est le cas du ministre de la Santé Frank Vandenbroucke. Pour lui, il est urgent d’agir. Lors d’une discussion en commission à la Chambre ce mardi, il avait insisté sur les mesures fortes à prendre en Comité de concertation. « Partout, il faudra prendre des mesures sévères afin que tout le monde puisse continuer à travailler et que les cours puissent être donnés dans les écoles. »

Le ministre de la Santé a une nouvelle fois insisté sur l’importance de la vaccination. « Sans le vaccin, nous serions aujourd’hui confrontés à une catastrophe semblable à celle de Bergame en Italie. Le variant delta de la maladie est particulièrement dangereux. Les gens doivent se faire vacciner. Sans vaccin, tout le pays serait fermé », a-t-il souligné.

Vaccination, masques, télétravail… des mesures qui divisent

Mardi, le PS poussé par Paul Magnette était ferme quant à la vaccination. Pour le président du Parti socialiste, la vaccination obligatoire dès l’âge de 18 ans est une bonne solution : « Je sais que c’est un débat difficile, mais je ne veux pas d’une situation absurde à l’autrichienne ». En effet, le PS souhaite mener sans tarder le débat sur l’obligation vaccinale pour toute la population à partir de 18 ans. Le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, profitera du Comité de concertation de mercredi pour mettre le dossier sur la table des discussions, a-t-on appris mardi auprès de son cabinet. « Je ne veux pas non plus d’une vaccination par secteur, en choisissant qui doit être vacciné et qui ne doit pas l’être », avait encore souligné Paul Magnette, dans un entretien accordé à Sudinfo.

Alexander De Croo est, lui, d’un tout autre avis. Pour le Premier ministre, l’obligation vaccinale est « une fausse bonne idée ». « C’est facile sur le papier mais comment fait-on dans la pratique ? Si quelqu’un ne veut pas se faire vacciner, comment fait-on ? On le force ? Je ne vois d’ailleurs aucun pays en Europe et pratiquement aucun dans le monde qui fait cela. Il faut convaincre les gens avec les chiffres. Une personne vaccinée a onze fois moins de probabilités de se retrouver à l’hôpital, ce sont des faits et ils sont plus convaincants que l’obligation », avait déclaré Alexander De Croo mardi sur LN24.

Quant à Rudi Vervoort, ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale, il souhaite davantage généraliser le port du masque. « On va certainement rajouter la généralisation du port du masque en intérieur, par exemple pour l’horeca », a-t-il mentionné mercredi matin sur La Première.

Ce qui est sur la table

Outre le renforcement du télétravail vers 3 à 4 jours par semaine, la question du cumul du Covid Safe Ticket et du masque sera également sur la table, sans conclusion à ce stade puisqu’il est déjà permis aux organisateurs d’événements de prévoir cette double protection. Pour l’instant, cette obligation ne s’applique qu’à partir de l’âge de 12 ans. C’est cette limite d’âge qui devra, entre autres, être discutée par les autorités. D’autres mesures pourraient également concerner les écoles et notamment une extension de l’obligation du port du masque, mais il s’agit d’une décision qui relève de la compétence des Communautés et non du Comité de concertation en tant que tel.

En ce qui concerne les boîtes de nuit et une éventuelle fermeture de ce celles-ci, la possibilité d’une fermeture n’est actuellement pas envisagée. Pour Elio Di Rupo, il est préférable que les boîtes de nuit restent ouvertes plutôt que de voir des soirées privées non contrôlées organisées par les jeunes. Si cela se confirme, il faudrait montrer son Covid Safe Ticket, sa carte d’identité ainsi qu’un test négatif à l’entrée d’un club.

L’avis des experts du Gems, qui conseillent le gouvernement sur les mesures sanitaires à mettre en place durant cette crise, a changé de ton. Dans un rapport bouclé ce week-end, ils plaident pour un net durcissement des mesures sanitaires, allant jusqu’à la refermeture du monde de la nuit.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

25 Commentaires

  • Posté par curto calogero, mercredi 17 novembre 2021, 15:23

    La ventilation, vous négliger, Monsieur, De Croo, pourtant, tout le monde en parle, des amendes dans le priver si pas conforme, dans le public, des simples recommandations, ouvrir les portes et fenêtres, nous sommes au vingtième siècle, des moyens techniques existe, il est de votre devoir de protéger, les écoles en premier lieux.

  • Posté par STORDIAU Pierre, jeudi 18 novembre 2021, 12:33

    Pitié pour notre langue de Voltaire, monsieur Calimero ! Faites un petit effort svp.

  • Posté par curto calogero, mercredi 17 novembre 2021, 13:59

    Ils vont pas aborder la circulation de l'air, les contaminations actuelle, beaucoup se font par aérosol, la ventilation des endroit fermer, devrait être le sujet majeur du Codeco à 14h, et surtout l'aération dans les classes des écoles, Les politiques estiment le sujet, trop coûteux au budget de l'état, ils mettent la pression sur d'autres moins pertinent.

  • Posté par DOMINIQUE SCHOLLAERT, mercredi 17 novembre 2021, 13:29

    L'unique solution....limiter les naissances : )

  • Posté par d dsti, mercredi 17 novembre 2021, 13:27

    De Croo a raison de ne pas vouloir rendre la vaccination obligatoire, mais il ne donne pas la vraie raison : si le vaccin devient obligatoire l'Etat sera responsable des éventuelles conséquences néfastes de la vaccination et pourrait être amené à payer des sommes colossales s'il s'avère dans quelques années que le vaccin a des effets indésirables à moyen/long terme.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko