Accueil Monde France

Procès des attentats de Paris: «100% de précautions, ce n’est pas le risque zéro!»

L’ancien ministre de l’Intérieur a défendu son action lors des attentats. « Tous les dispositifs avaient été renforcés pour réagir le moins mal possible à une attaque multi-sites », a fait valoir Bernard Cazeneuve.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

Bernard Cazeneuve est un homme méthodique. A la barre de la cour d’assises spécialement composée de magistrats professionnels qui juge depuis septembre vingt accusés (dont quatorze sont présents) pour les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, l’ancien Premier ministre devance la plupart des questions de la cour. Avec l’intention d’être le plus précis, le plus rigoureux possible, il a préparé sa déposition en replongeant dans les archives. « La dignité et l’humanité des témoignages entendus ici nous obligent », dit-il. Il n’ignore rien des doutes qui traversent l’esprit de certaines parties civiles. Ce sont elles, d’ailleurs, qui l’ont fait citer. Le gouvernement français avait-il tout fait à l’époque pour empêcher ces attentats qui ont fait 130 morts ? Les forces spéciales d’intervention auraient-elles pu lancer plus tôt l’assaut au Bataclan ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs