Accueil Société

Coronavirus: la théorie du fromage suisse pour lutter contre la pandémie

Cette théorie de gestion des risques imaginée il y a 30 ans illustre parfaitement la stratégie mise en place pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Plus on superpose les couches protectrices, plus on réduit les chances du virus de se propager.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Société Temps de lecture: 3 min

Lorsque le professeur anglais James Reason a conceptualisé, fin des années 80, son modèle du fromage suisse – le SCM soit le Swiss Cheese Model – dans le domaine de la gestion des risques d’accidents industriels, sans doute n’avait-il pas imaginé combien sa théorie collerait parfaitement à la manière de lutter contre une pandémie mondiale comme celle du Covid-19. Lorsque celle-ci a éclaté et que gouvernements et citoyens ont dû se plier à une série de mesures sanitaires, le virologue australien Ian MacKay y a vu une parfaite illustration du travail de James Reason et a adapté son modèle pour illustrer la cinétique de la circulation d’un virus respiratoire contagieux et la manière dont les mesures influencent peu ou beaucoup la transmission.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Baeyens Remi, jeudi 18 novembre 2021, 12:42

    Très intéressant comme théorie.Mais malheureusement nous avons beaucoup de 'trous du c;;'' qui contestent tout. je croyais que depuis Pasteur, les hommes deviendrait plus sages.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, jeudi 18 novembre 2021, 12:30

    J'aime beaucoup, dans le graphique, la représentation du danger pour le fromage: "la souris de la désinformation".

  • Posté par collin liliane, jeudi 18 novembre 2021, 14:15

    Ce n'est pas une souris, mais un rat qui circule dans les égouts de l'info de caniveau.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, mercredi 17 novembre 2021, 20:04

    Et que deviendrait l'efficacité globale du "sandwich protecteur", si certaines "tranches" du fromage étaient constituées d'<Emmenthal finlandais> (pour ne pas dire suédois... bien pire encore) aux "trous" beaucoup plus nombreux et plus larges ; ou à contrario des tranches de Gruyère suisse, aux "trous" totalement inexistants ? Par contre, le gout plus ou moins prononcé n'a aucune influence sur l'efficacité de la protection...

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, mercredi 17 novembre 2021, 20:26

    Le <goût>, pardon... Celui du Gruyère étant souvent plus "corsé" que celui de l'Emmenthal (bien que les spécialistes et experts fromagers restent partagés... comme dans le domaine de la virologie d'ailleurs), surtout finlandais, ce dernier étant assez "insipide...

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs