Accueil Sports Football Football à l'étranger

Les joueuses parisiennes de l’équipe de France «affectées» par l’agression d’Hamraoui, reconnaît la sélectionneuse

La sélectionneuse des Bleues, Corinne Diacre, s’est exprimée sur l’affaire Hamraoui, du nom de la joueuse agressée en présence d’une coéquipière, Diallo, dans des circonstances non élucidées à ce jour.

Temps de lecture: 2 min

Les joueuses parisiennes de l’équipe de France ont été «affectées» par l’agression de Kheira Hamraoui, a confié la sélectionneuse Corinne Diacre lors de l’annonce jeudi de sa liste pour les deux matches de qualifications au Mondial-2023, face au Kazakhstan et au pays de Galles fin novembre.

Journaliste: Quelle est votre réaction à l’agression subie par Kheira Hamraoui?

Diacre: J’ai lu comme vous, par la presse, ce que Kheira avait subi. C’est un traumatisme non seulement physique mais psychologique. Il y a une enquête en cours. On va laisser faire la justice. J’espère que le fond de l’histoire va sortir vite pour que les deux joueuses concernées, mais aussi tout le club du Paris Saint-Germain, qui est très affecté, puissent aller de l’avant très rapidement. (...) On en a déjà beaucoup trop parlé. Tout le monde cherche à avoir des explications. Je n’ai pas de commentaires à faire car je ne connais pas le fond de l’histoire si ce n’est ce que je peux lire dans la presse et tout n’est pas toujours très juste.

Journaliste: Dans ce contexte, est-ce que vous vous attendez à recevoir des joueuses parisiennes affectées?

Diacre: Affectées, elles le sont. Je sais aussi qu’elles sont très contentes de faire une pause club et de venir en équipe de France, pour avoir échangé avec certaines. Pour certaines, l’équipe de France vient à point nommé pour changer la routine de ce qu’elles vivent.

Journaliste: Comment envisagez-vous les deux matches contre le Kazakhstan et surtout le pays de Galles, votre adversaire le plus sérieux dans le groupe?

Diacre: Le pays de Galles est aujourd’hui deuxième au classement. Si on veut garder notre première place du groupe, il faudra le battre, même si on a le Kazakhstan à jouer avant. Le pays de Galles est deux points derrière nous (donc) si on veut garder la tête, il sera impératif de le battre. Cela va être une confrontation intéressante, même si je regrette un petit peu que l’on joue ce match-là au mois de novembre car on va avoir des organismes qui commencent un peu à fatiguer. Mais je pense que mon groupe sera en forme pour battre ces deux équipes.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Football international

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir