Accueil Léna

Sting inspiré: «Si toute cette période avait été inutile, je serais devenu fou»

Sting revient avec son 15e disque solo. Composé dans la discipline obligée du confinement, « The Bridge » met les voiles vers des horizons pop. Ecoutez l’intégrale sur Deezer.

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Un conseil beauté tout d’abord. Pour avoir le corps de Sting – et c’est lui qui nous le confie en creux –, il n’est pas inutile de le plonger chaque matin dans un plan d’eau très froide et d’exercer un crawl appliqué et mécanique en se vidant totalement la tête. « Cinq à dix minutes, c’est suffisant. Mais le rythme doit être soutenu. Pour moi, c’est un rituel spirituel et thérapeutique. »

Le soir venu, compléter par deux heures de guitare basse électrique, massive et lourde, portée à l’épaule devant plusieurs dizaines de milliers de spectateurs. Pour rendre le moment plus agréable, entonner d’une voix puissante, haute et joliment fissurée un répertoire personnel réunissant quelques-uns des tubes pop majeurs de ces trente dernières années. En fait, pour avoir le corps de Sting, sculptural dans la suite du palace parisien où il reçoit, mieux vaut s’appeler Sting.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs