Accueil Culture Cinéma

«Les challenges, c’est ce qui vous garde vivant»

Jane Campion offre à Benedict Cumberbatch l’un des plus beaux rôles de sa carrière dans « The Power of the Dog », tout juste sorti en salles. Une couleur de plus dans la palette de cet artiste curieux, s’illustrant aussi bien dans l’univers Marvel que dans le cinéma d’auteur.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 6 min

Pervers, moqueur, colérique : dans The Power of the Dog, le nouveau film de Jane Campion (La Leçon de piano, Top of the Lake), Benedict Cumberbatch incarne Phil Burbank, cow-boy macho, rustre, de prime abord dénué de sentiments. Soit un personnage des plus détestables, qu’on met un temps à aimer et à comprendre au sein de ce western tout en tension, qui nous plonge dans le Montana des années 1920.

Dans la vie, l’acteur britannique est plutôt à l’opposé de cet être sombre. En septembre dernier, alors qu’il donne des interviews en marge de la présentation du film à la Mostra, il est au centre de toutes les attentions et pourtant, il prend le temps de répondre à chacun, avec un petit sourire et ce flegme so british qui fait son charme.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs