Accueil Société

Coronavirus – La vie devant toi (saison 2), jour 619: le loup, la chèvre et le chou

Notre chronique hebdomadaire sur la nouvelle vie des Belges.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Vendredi, il s’est passé un truc incroyable. On s’est pris une grosse leçon de vie, pan, comme ça, en pleine face.

La prof, c’était une tatoueuse. Telle que vous pouvez l’imaginer : une robe à fleurs un peu gothique avec des bottes à clous, de longs colliers d’argent qui s’emmêlent sur sa poitrine, des cheveux noirs de jais, quelques piercings et une peau encrée de la tête aux pieds. Littéralement. Des lignes, des spirales, des fleurs, des mots, des phrases, des portraits qui lui mangent les bras, les jambes, les mains, le dos, le cou, tout un univers qui grimpe et court et s’exprime sur son corps dont seul son visage émerge, clair et pur comme une falaise de craie au-dessus de l’océan déchaîné.

Elle fait un tout petit peu peur, oui, peut-être. Comme Maléfique ou la reine de Blanche-Neige dont on n’admire la classe et la sombre élégance que quand elles ont le dos tourné, ou quand elles sont trop loin pour nous attaquer.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Raspe Eric, lundi 22 novembre 2021, 12:48

    Sauf qu'ici, madame, ces rebelles nous font reculer. Ils causent même la mort des plus faibles.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs