Accueil Société

44 arrestations et 3 policiers blessés: la manifestation contre les mesures sanitaires tourne à l’émeute

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles « condamne fermement les fauteurs de troubles ». « J’ai donné l’instruction de procéder à des arrestations et d’analyser les vidéos », a écrit sur Twitter Philippe Close.

Temps de lecture: 3 min

La police a procédé à 42 arrestations administratives et deux arrestations judiciaires en marge de la manifestation contre les mesures sanitaires qui a traversé la capitale dimanche après-midi, a indiqué en soirée la porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles Ilse Van de keere. De plus, trois policiers ont été blessés. Un bilan plus détaillé suivra.

Deux policiers ont une incapacité de travail de 11 jours et le troisième de quatre semaines. Ils ont été emmenés à l’hôpital pour recevoir des soins. Un policier a la main cassée et devra subir une intervention chirurgicale. Un autre a été blessé à la jambe et le troisième au poignet.

La police dénombre pour l’instant six véhicules de police endommagés et un de ses scooters a été incendié.

Des dégâts ont par ailleurs été constatés dans le centre de la ville. La vitrine d’un magasin Carrefour express a notamment été brisée.

La manifestation a rassemblé 35.000 personnes, dont le député Vlaams Belang Dries Van Langenhove, qui ont marché depuis la gare du Nord jusqu’à la petite rue de la Loi, de 13h00 à 17h00.

La police a fait usage de l’arroseuse et de gaz lacrymogène vers 14h45 à l’endroit où le cortège devait quitter l’avenue des Arts et tourner dans la rue Joseph II, contre des manifestants ayant lancé de feux d’artifice vers les policiers et voulant continuer à avancer tout droit sur la petite ceinture, selon la porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles. L’arroseuse a de nouveau été employée peu avant 17h00 au niveau du rond-point Schuman au motif qu’il y aurait eu des jets de projectiles pyrotechniques. « Des gens ont cherché la confrontation avec la police », a motivé Ilse Van de keere.

La plupart des personnes se sont dispersées peu après leur arrivée dans la petite rue de la Loi, mais quelques milliers de personnes étaient encore sur place à 17h00, heure de dislocation prévue. La police a alors annoncé sur Twitter qu’elle allait commencer à procéder à des arrestations. Les policiers ont commencé à pousser et à regrouper des participants restants dans le parc du Cinquantenaire.

« Nous avons réuni toutes les organisations belges qui militent pour la paix en cette période de crise », s’est réjoui Ezra, un porte-parole des organisateurs, qui comptent entre autres les mouvements Hands for Freedom, Vecht Voor Vrijheid, Teachers for Freedom et Belgians for Freedom. « Ensemble pour la liberté, on voulait former une grande famille pour défendre ensemble la démocratie. Nous sommes fiers d’avoir uni autant de personnes. Cependant, nous ne cautionnons pas les violences qui ont eu lieu aujourd’hui et nous nous en distancions ».

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles « condamne fermement les fauteurs de troubles ». « J’ai donné l’instruction de procéder à des arrestations et d’analyser les vidéos », a écrit sur Twitter Philippe Close.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

31 Commentaires

  • Posté par Dr Mi, lundi 22 novembre 2021, 6:44

    35000 moutons menés par l extrême droite. Bravo..

  • Posté par Smyers Jean-pierre, lundi 22 novembre 2021, 17:53

    Mais pourquoi vous en prendre tous à de braves ruminants qui ne vous ont rien fait? Vous allez finir par parler de loups gris qui attaquent en meute. Un peu de tenue, s'il vous plaît.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, lundi 22 novembre 2021, 9:18

    "Moutons" ne me semble pas le bon mot. Un troupeau de "vrais" moutons ne cause jamais ce genre de dégâts... juste quelques crottins laissés ici et là. L'image d'un troupeau de bovins complètement abrutis et lancés aveuglément à l'assaut, ou d'éléphants (sans l'intelligence du pachyderme par contre) dans un magasin de porcelaine me semble déjà plus adéquate...

  • Posté par Delikovic Dogan, lundi 22 novembre 2021, 5:12

    J'ajouterais qu'il est un peu court de traiter de nazis ou de membres d'extrême-droite tous ceux qui, pour un tas de raisons, ne pensent (heureusement) pas comme vous, l'écrasante majorité portée par la même bonne conscience que les veaux occupés à brouter l'herbe plus verte et grasse que celle de pâturages qui vous sont étrangers. Selon la Ligue des Droits Humains (belge) nous sommes dans un état pré-fasciste et suivant le plus haut magistrat du pays la Belgique ne respecte plus ses propres lois, nous sommes dans un état voyou. À vous entendre pester contre ceux qui s'opposent à vos idées on finirait par se demander si ce ne sont pas, justement des gens comme vous (l'écrasante majorité de moutons vaccinés) qui avez conduit le pays à ce qu'il est devenu aujourd'hui : un grand foutoir au sein duquel un gouvernement illégitime et corrompu avec pour seule tâche de préserver ses propres privilèges décide de faire passer des lois sans consulter le parlement, de profiler tous les citoyens de ce pays et de les enfermer dans des bases de données gérées par un fasciste en chef (Frank Robben) et de tenir vos données à la disposition des pouvoirs publics et de toute société privée que ces données intéressent avec la circonstance aggravante de fournir de surcroît votre nº de registre national... Vive la démocratie et vive la liberté à la belge !!!

  • Posté par Smyers Jean-pierre, lundi 22 novembre 2021, 17:51

    Oh que voilà un bel exemple de ce que j'ai déjà écrit de-ci, de-là, M. Delikovic: méthodes propres à l'extrême-droite: en appeler à la résistance contre l’état ; faire appel à la peur; pilonner de fausses informations; ne pas répondre aux objections; se défausser; vilipender et injurier; refuser les solidarités; cultiver l'intolérance; bombarder de références à des sites alternatifs et non recoupés scientifiquement ; faire appel à la casuistique. Un signe: dans ce type de discours, l'humour et l'autodérision sont absents.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko