Accueil Société

La protestation se durcit face aux mesures anti-covid en Belgique et ailleurs (photos et vidéos)

Le week-end aura été mouvementé en Europe. Dans différents pays, dont la Belgique, les protestations contre les mesures anti-covid ont mené à des émeutes.

Temps de lecture: 3 min

Ce week-end aura été mouvementé dans divers pays européens, dont la Belgique. De nombreuses manifestations ont eu lieu pour protester contre les mesures sanitaires prises par les différents gouvernements. Ces dernières ont viré à l’émeute dans plusieurs pays.

La police a procédé à 42 arrestations administratives et deux arrestations judiciaires en marge de la manifestation contre les mesures sanitaires qui a traversé la capitale dimanche après-midi, a indiqué en soirée la porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles Ilse Van de keere. De plus, trois policiers ont été blessés.

Deux policiers ont une incapacité de travail de 11 jours et le troisième de quatre semaines. Ils ont été emmenés à l’hôpital pour recevoir des soins. Un policier a la main cassée et devra subir une intervention chirurgicale. Un autre a été blessé à la jambe et le troisième au poignet.

La police dénombre pour l’instant six véhicules de police endommagés et un de ses scooters a été incendié.

BELGIUM PANDEMIC CORONAVIRUS COVID19 DEMONSTRATION

belgaimage-184525593-full

belgaimage-184524718-full

belgaimage-184525059-full

Des dégâts ont par ailleurs été constatés dans le centre de la ville. La vitrine d’un magasin Carrefour express a notamment été brisée.

La manifestation a rassemblé 35.000 personnes, dont le député Vlaams Belang Dries Van Langenhove, qui ont marché depuis la gare du Nord jusqu’à la petite rue de la Loi, de 13h00 à 17h00.

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles « condamne fermement les fauteurs de troubles ». « J’ai donné l’instruction de procéder à des arrestations et d’analyser les vidéos », a écrit sur Twitter Philippe Close.

Autriche

En Autriche, environ 6.000 personnes, selon la police, ont manifesté dans le calme dimanche après-midi à Linz (nord) contre les mesures anti-Covid du gouvernement, au lendemain d’une mobilisation massive à Vienne qui avait attiré 40.000 protestataires.

Les cas atteignent des niveaux inédits depuis le printemps 2020 en Autriche, qui est le premier pays à confiner à nouveau totalement sa population, à partir de lundi, et le premier membre de l’UE à rendre la vaccination obligatoire pour tout le monde à partir de février.

Le rassemblement était organisé à l’appel d’un nouveau parti politique opposé aux restrictions, le MFG (« Menschen Freiheit Grundrechte » – « L’humain, la liberté, les droits fondamentaux »), récemment entré au parlement régional.

Au milieu d’une forêt de drapeaux aux couleurs rouges et blanches de l’Autriche, on pouvait lire sur les banderoles : « La piqûre est le plus grand crime contre l’humanité », « Non à la vaccination obligatoire » ou « Touche pas à nos enfants ».

Pays-Bas

Dimanche soir, pour la troisième nuit consécutive, des troubles ont éclaté dans les rues de plusieurs endroits aux Pays-Bas. À Enschede, l’état d’urgence a été mis en place dans le centre-ville et au stade de football de Leeuwarden, des groupes ont tiré des feux d'artifice et la police était présente. À Roosendaal, Groningen et Tilburg, la police a également dû intervenir en raison de perturbations.

La police néerlandaise a annoncé dimanche avoir arrêté 19 personnes après une deuxième nuit de manifestations violentes contre les dernières mesures sanitaires décidées par le gouvernement.

NETHERLANDS-HEALTH-VIRUS-DEMONSTRATION

NETHERLANDS PROTEST RIOTS

NETHERLANDS PROTEST RIOTS (2)

A La Haye, où siège le gouvernement, des policiers en tenue anti-émeute ont chargé des groupes de manifestants qui leur jetaient des pierres et des objets divers dans un quartier populaire. Plusieurs policiers ont été blessés.

Vendredi soir déjà, des violences à Rotterdam (sud-ouest) avaient entraîné 51 arrestations. Trois personnes avaient été blessées par balle par la police.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Degive Albert, lundi 22 novembre 2021, 12:05

    Des ramassis de voyous extrémistes qui se défoulent. Et qui viendront occuper les hôpitaux pour un coup de matraque ou un jet d'eau. Faudrait jeter de l'encre

  • Posté par Desmet Marc, lundi 22 novembre 2021, 7:37

    Un ramassis de groupuscules divers qui ne savent pas se sentir entre eux, sauf pour casser et mettre en péril la santé de la majorité mondiale ... Ces "démocrates" de pacotille vont êtres responsables de milliers de morts! En cas de surcharge aux urgences, il faudra bien faire des choix, les soins pourraient (devraient?) êtres donnés en priorité aux malades qui ont tout fait pour protéger la communauté.

  • Posté par Lecocq Jean-Louis, lundi 22 novembre 2021, 6:58

    C’est à Pékin qu’il faut aller gueuler.

  • Posté par meyer jean, lundi 22 novembre 2021, 6:24

    En réalité ce sont des emeutes....pas des protestations.

  • Posté par lambert viviane, lundi 22 novembre 2021, 2:56

    Le bourgmestre Close aurait été bien inspiré d'interdire cette marche flamingante sur Bruxelles. Qanon et Banon doivent bien se marrer

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko