Accueil Société

Enseignement: l’école catholique ne veut pas des cours de philosophie et citoyenneté

Les partenaires de la majorité veulent examiner la piste d’un cours spécifique de philosophie et citoyenneté dans le libre confessionnel. Le président du Segec, Etienne Michel, estime que cette volonté se heurte à « une critique généralisée des acteurs de terrain en raison des difficultés pédagogiques et organisationnelles. »

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Le projet de résolution déposé par la majorité (PS-MR-Ecolo) en Fédération Wallonie-Bruxelles sur l’extension des cours de philosophie et citoyenneté (CPC) n’épargne pas l’enseignement libre confessionnel. Le groupe de travail, composé de six élus, en fait même l’un des points clés de son texte, estimant qu’il est nécessaire « de rendre plus effective l’éducation à la philosophie et à la citoyenneté » dans le libre.

A l’instar de leurs camarades du réseau officiel, les élèves du libre confessionnel (catholique, musulman, etc.) se voient bel et bien dispenser des notions d’éducation à la philosophie et citoyenneté (EPC) depuis 2015. A la différence que ces notions ne font pas l’objet d’un cours spécifique. La matière est répartie dans d’autres cours, comme l’histoire, le français ou l’éveil. Il est désormais question d’examiner la piste « d’une période relative à l’organisation d’un cours spécifique », alors même que celle-ci sera étendue à deux heures dans le réseau officiel.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mercredi 24 novembre 2021, 22:38

    L'école est là pour apprendre et réfléchir; l'endoctrinement religieux c'est pour la sphère privée.

  • Posté par Desmet Marc, mercredi 24 novembre 2021, 9:25

    Baptisé comme tous sans mon consentement, vers 9, 10 ans je suis parvenu à convaincre mes parent de sortir de cette habitude de faire "comme tout le monde" et braver le "qu'en dira t-on" en quittant le cours de religion pour scandale (pour certains) le cours de morale laïque... C'était tout simplement magnifique et c'était déjà des cours de citoyenneté et de philosophie.

  • Posté par Lambert A., mercredi 24 novembre 2021, 10:03

    Pareil pour moi. Les croyances et pratiques des religions quelles qu'elles soient doivent rester dans le domaine privé. Mais, on constate, qu'encore en ce 21ème siècle, ces sectes veulent à tous prix conserver leurs petits prés carrés, et ne se privent dès lors pas de stigmatiser la secte d'à côté.

  • Posté par Lambert Guy, mardi 23 novembre 2021, 21:06

    Le Segec défend ...son église. Réaction corporatiste. L'organisation des multiples cours religieux dans l'officiel rend la vie impossible aux profs et aux élèves qui doivent même rater certains cours à cause de la multiplication de la diversité des cours religieux et de morale. Cela, le Segec ne le dit pas bien entendu.

  • Posté par Even Philippe, mercredi 24 novembre 2021, 16:58

    @Fonder Daniel. Si l'enseignement y est de meilleure qualité , c'est en partie parce que pendant des années, un "tri" a été fait parmi les candidats enseignants. Mon épouse en a subit les frais au début de sa carrière : lorsqu'elle s'est présentée pour une place (a l'époque il n'y avait pas de listes de candidatures) et a signalée qu'elle avait suivi sa formation (professeur de langues germaniques) à l'ULg, le directeur a fait la moue et ne la meme pas jugée sur ses qualités à enseigner .... ah il est beau l'enseignement soit disant catholique.... Et je ne parle pas du tri - pardon du découragement - fait a certains parents pour ne pas y mettre leur enfants

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs