Accueil Culture Cinéma

«Encanto»: quand Disney se la joue Broadway

Tradition oblige, le petit dernier de « la maison Mickey » arrive un peu avant les fêtes de fin d’année. Avec « Encanto », direction la Colombie. Et en chansons !

Critique - Temps de lecture: 3 min

Une maison magique, une princesse qui ne ressemble pas aux princesses habituelles, une pincée d’exotisme et des chansons à même de rester dans l’oreille : en cette fin d’année, le nouveau Disney a tout pour plaire aux familles. Signé par un trio composé de Byron Howard, Jared Bush et, pour le scénario, Charise Castro Smith, une nouvelle venue dans la maison Mickey, qui a travaillé comme dramaturge et pas mal à la télévision, Encanto en parle d’ailleurs beaucoup, de famille.

Les deux hommes, eux, se retrouvent une nouvelle fois sur un projet commun, quelques années après avoir œuvré ensemble sur Zootopia. « À force, c’est devenu comme une famille. Nous avons passé tellement de temps sur ces films. C’est gai de se retrouver, et puis c’est toujours ensemble qu’on passe d’un film à l’autre. C’est une des bénédictions de travailler chez Disney : nous sommes 800, il y a des groupes qui se forment au gré des films, on se connaît très, très bien. Et faire partie du noyau créatif est particulier dans le sens où ça renforce encore ce sentiment. C’est parfait quand il s’agit de travailler sur un film qui traite de la famille, de la manière dont on se perçoit et de la vulnérabilité derrière les apparences. » Et Clark Spencer, producteur, d’ajouter : « Vous pouvez aimer l’histoire qu’on vient vous pitcher et avoir envie de la retrouver portée à l’écran, mais pour y parvenir, vous devez aussi aimer les gens qui y travaillent parce qu’on sait que cela va impliquer de passer beaucoup de temps ensemble… »

Une comédie musicale Avis aux oreilles qui ne se seraient pas faites au genre : Encanto est une comédie musicale. Mais pourquoi, au fait ? « Eh bien d’abord parce que nous aimons les comédies musicales, c’est dire si nous sommes cool, s’amuse Byron Howard ! Jared et moi avons en commun d’être aussi… trombonistes. Nous avons grandi en tant que musiciens. Moi, j 'ai aimé travailler avec Michael Giacchino sur la musique de Zootopia. Et puis il y a eu l’expérience de Jared avec Lin (NDLR : Lin-Manuel Miranda) pour Moana (NDLR : dont Jared Bush est crédité du scénario final) C’est un peu tout cela qui nous a donné l’envie de replonger dans la musique.  » Pour son comparse, dans la vie d’un musicien, pouvoir réaliser une comédie musicale chez Disney est une gâterie (sic). « Et avoir Lin à nos côtés depuis le tout premier jour a été un luxe absolu ! »

D’origine portoricaine, Lin-Manuel Miranda est acteur, chanteur, compositeur, auteur, producteur et réalisateur. Récompensé à maintes reprises, l’artiste est un familier de Broadway puisqu’il a créé (en plus d’y jouer) In the heights (adapté au cinéma par John Chu) et Hamilton (qui lui a valu le Pulitzer dans la catégorie idoine), soit une histoire se déroulant dans le quartier dominicain de New York et celle d’Alexander Hamilton, un des pères fondateurs des Etats-Unis. Jared Bush : «  Hamilton, c’est énorme ! Nous avons travaillé avec lui dès le premier jour, dès le début de la création de cette histoire. Nous avons passé beaucoup de temps ensemble, nous sommes partis en Colombie avec lui et son père pour nous imprégner de la culture et de la musique colombiennes. Je me souviens de la nuit où nous avons entendu ce trio avec des guitares, et comment les chansons de Lin ont à ce moment-là commencé à prendre forme. Une comédie musicale comme celle-là, c’est vraiment tout ce que je pouvais désirer : un rêve devenu réalité ! » Et Spencer Clarke conclut : « Avec l’apport de Lin-Manuel Miranda, nous avons à la fois un pied dans le passé, quant à la tradition du “musical” en animation chez Disney, et l’autre dans le futur avec des sonorités modernes, notamment du reggaeton. »

«Encanto», politiquement correct

Une remarquable exubérance visuelle

Fiche - Temps de lecture: 2 min

Quelque part dans les montagnes de Colombie, les Madrigal vivent sous la houlette de la grand-mère dans une maison baptisée Casita. Grâce à celle-ci, chacun des membres de la famille a reçu un don. Sauf Mirabel qui se désespère d’être « normale ». Jusqu’au jour où la magie qui lie les Madrigal et leur demeure est menacée…

Encanto parle, on l’aura compris, d’amour, de famille, de magie, d’acceptation de la différence, bref voilà du Disney politiquement correct au programme de ce 60e long-métrage dans la filmographie « classique » de la maison. Le tout est agrémenté de son lot de chansons puisqu’il s’agit d’une comédie musicale : huit titres aux accents latino / reggaeton sont signés Lin-Manuel Miranda, et on trouve sur cette b.o. l’un ou l’autre « tube » potentiel (souvenons-nous de « Libérée, délivrée »), tel ce « Colombia, mi encanto » de Carlos Vives.

Mais ce qui retient surtout l’attention dans ce film signé Byron Howard et Jared Bush ( Zootopie ), au-delà même de personnages inédits jusqu’ici chez Disney malgré ces grands yeux ronds devenus des standards (une héroïne affublée de lunettes et sa sœur au physique de lanceuse de marteau soviétique), c’est l’exubérance visuelle. Richesse des couleurs, foule de détails architecturaux et profondeur des paysages impressionnent ici autant que l’animation d’une fluidité sans pareille.

Un savoir-faire certain !

De Byron Howard, Jared Bush et Charise Castro Smith, avec (les voix en v.o. de) Stephanie Beatriz, John Leguizamo, Wimmer Valderrama, Maria Cecilia Botero, 109 min.

Les séances

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez toutes les sorties, salles et horaires sur Cinenews

Découvrez le programme
Cinenews Voir les articles de Cinenews