Accueil Économie Entreprises

Télécoms: condamné en appel, le patron d’Orange est sur un siège éjectable

Un conseil d’administration du groupe français se réunit ce soir pour décider du sort de Stéphane Richard, qui a été condamné à un de prison avec sursis dans l’affaire Crédit-Lyonnais/Bernard Tapie.

Temps de lecture: 2 min

Stéphane Richard peut-il rester dans son fauteuil de PDG du groupe de télécoms français Orange – maison-mère de Base et candidate désignée au rachat de Voo ? Un conseil d’administration est prévu en fin de journée ce mercredi pour trancher sur son avenir, alors qu’il vient d’être condamné par la cour d’appel de Paris à un an d’emprisonnement avec sursis et à une amende de 50.000 euros dans l’affaire de l’arbitrage de 2008 entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais. Le patron, dont le mandat à la tête de l’opérateur arrive à son terme mi-2022, a déclaré « remettre (son) mandat entre les mains du conseil d’administration d’Orange ».

En 2018, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire avait déjà prévenu qu’en cas de condamnation, Stéphane Richard devrait remettre son mandat, alors que le géant français des télécoms a pour premier actionnaire l’État français avec 23 % du capital. Le conseil d’administration d’Orange « tirera les conséquences » de la condamnation du PDG Stéphane Richard, a indiqué mercredi le ministère de l’Economie. « Nous prenons acte de la décision de justice concernant Stéphane Richard » et « nous sommes évidemment attentifs à la continuité du bon fonctionnement de l’entreprise », ajoute Bercy.

Arbitrage « frauduleux »

Après une relaxe générale en juillet 2019, la cour d’appel a estimé mercredi que l’arbitrage, qui avait octroyé 403 millions d’euros à Bernard Tapie et a depuis été annulé au civil, était bien « frauduleux » en ce qu’il était biaisé dans le sens des intérêts de l’homme d’affaires, décédé début octobre. Stéphane Richard, 60 ans, qui était à l’époque directeur de cabinet de la ministre de l’Economie Christine Lagarde – actuelle présidente de la Banque centrale européenne et elle-même condamnée pour négligence en 2016 mais dispensée de peine –, a été reconnu coupable de complicité de détournement de biens publics. « Les accusations de complicité de détournement de fonds publics sont sans aucun fondement et ne sont basées sur aucune preuve. Je les rejette totalement et vais me pourvoir en cassation », a-t-il annoncé.

Stéphane Richard, diplômé d’HEC et de l’ENA, a rejoint le groupe Orange en septembre 2009. Il est devenu directeur général en juin 2010, et enfin PDG en février 2011.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références références Tous les jobs