Accueil Opinions Chroniques

Au nom de la majorité silencieuse

La manifestation de dimanche a surpris par son succès. Mais en Flandre, on est d’accord : écouter les manifestants, oui, leur donner raison, non. Au nom de la majorité silencieuse.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 5 min

Elle se tient bien droite, ses cheveux roux ondulés sont relevés en un chignon tenu par un chouchou. On la devine nerveuse, elle est d’ailleurs la seule à avoir ses notes sur le plateau. Plusieurs feuilles, remplies de son écriture – du moins on l’imagine – sont ainsi devant elle qu’elle consultera en cours d’émission pour asséner quelques slogans types.

Elle ? Sarah Melis, jeune femme de 21 ans qui dit avoir commencé des études de sociologie et être aujourd’hui en recherche de travail. Si lundi soir, elle se retrouve sur le plateau de l’émission De Afspraak sur Canvas (VRT), c’est parce qu’elle est la co-organisatrice de la manifestation de dimanche « Ensemble pour la liberté ». Une manifestation qui continue à faire des vagues et suscite bien des interrogations, parce que 35.000 personnes, c’était tout sauf anticipé et attendu.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Frippiat Yves-Marie, jeudi 25 novembre 2021, 8:42

    Conclusion sans appel. Et applicable dans tous les débats actuels. Car justement, si on fait l'inverse, la "majorité silencieuse" sort de sa réserve et, bien souvent, se radicalise. Avec les résultats que l'on sait: voir Trump, entre autres exemples.

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs