Accueil Société Enseignement

Coronavirus: le tracing dans les écoles ne suit pas la cadence

Depuis la reprise du tracing dans les écoles et l’envolée de contaminations, les call centers régionaux sont débordés. Il faut parfois une semaine pour que l’école soit avertie d’un cas positif.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

La situation est chaotique dans les écoles. Tous les parents de la classe sont informés de plusieurs cas positifs. La direction écrit pour dire qu’elle ne peut plus rien faire, de même que le PSE et toujours pas d’appels du centre de tracing. Ça fait déjà quatre jours », s’insurge un parent d’élève. Il n’est pas le seul. Les témoignages de parents inquiets se multiplient, tandis que les directeurs et directrices d’école sont démunis. « Le retard est considérable », confirme Christine Toumpsin, directrice de l’Institut Notre-Dame d’Anderlecht. « Lorsqu’un parent nous avertit que son enfant est positif, nous sommes officiellement prévenus cinq, voire six jours plus tard. Si un parent décide de ne pas nous prévenir, nous n’en savons rien. Donc, à l’heure actuelle, je ne sais pas vous dire combien d’enfants sont positifs dans mon établissement. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Fonder Daniel, vendredi 26 novembre 2021, 8:46

    L’école est notre plus grand échec, non parce que l’on a laisse les enfants y aller et vivre leur vie. … Mais parce que l’investissement minimal (détecteurs de co2, ventilation ) n’a pas été fait, parce que le fonctionnement a été laissé sans organisation sanitaire minimale, mais surtout que les enseignants et autres psy ont banni toute contrainte projective pour eux et pour les enfants. Avec une ministre sans prise de responsabilité qui se réfugie derrière la consultation de la base pour un problème de pandémie, quand fera-t-on rentrer dans la société ce petit monde ….

  • Posté par Raspe Eric, jeudi 25 novembre 2021, 9:26

    Cette situation démontre l'incompétence de madame désir et des sbires qui la conseillent. Pire, elle expose nos jeunes aux dégâts du virus et les place en première ligne sans aucune défense. On finit par ce demander si elle ne veut pas parfaire l'œuvre des usurpateurs demandeurs de rien qui ont détruit en bonne partie l'héritage des pionniers du socialisme, l'instruction obligatoire universelle.

  • Posté par Casier Etienne, jeudi 25 novembre 2021, 8:38

    de plus tous ces intervenants sont encore à l'âge de la pierre au niveau informatique. Cela fait plus de 10 ans que la FWB essaie de mettre en place un dossier médico social de l'enfant informatisé accessible à l'ONE, les PSE et les CPMS...Sans succès...Le partage et l'échange d'informations entre tous ces intervenants est donc un vrai cauchemar...

  • Posté par Fonder Daniel, jeudi 25 novembre 2021, 10:21

    Inefficacité de la gestion organisée par la FWB, le port du masque, comme dans tous les pays voisins serait bien plus efficace comme mesure. Cela nous sauverait de la fermeture totale des écoles … qui sont déjà souvent fermées partiellement, classe par classe !

  • Posté par Frippiat Yves-Marie, jeudi 25 novembre 2021, 8:52

    J'imagine, en effet. Cela dit, vous n'êtes pas sans connaître les réticences -mot très faible- de certains à l'égard de tout ce qui, selon eux, menacerait la vie privée. Et s'il s'agit de celle des enfants...

Plus de commentaires

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs