Accueil Société

Erika Vlieghe: «Cela devient insupportable dans les hôpitaux»

La présidente du GEMS a serré la vis ce mercredi soir : « La situation n’est plus possible ». Elle pointe l’augmentation inquiétante des chiffres.

Temps de lecture: 1 min

Un avis partagé par Erika Vlieghe qui enfonçait le clou mercredi soir au micro de la VRT  : « Ce n’est plus possible. Les généralistes disent qu’ils n’en peuvent plus. Les responsables du tracing ont de grandes difficultés à faire leur travail. Cela devient insupportable dans les hôpitaux aussi et nous ne voyons aucune tendance à la stabilisation ou à la baisse des chiffres. Au contraire, ils montent en flèche. » Et l’infectiologue anversoise, présidente du Gems, de plaider, une énième fois pour en finir avec les « demi-mesures ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Delikovic Dogan, jeudi 25 novembre 2021, 2:54

    Ce gouvernement composé d'irresponsables nous a embarqués dans un train dont la locomotive est devenue incontrôlable. Et dire qu'un de ses membres a osé déclarer "qu'il n'y avait pas assez de morts pour prendre des mesures de confinement"...!!! ''On a préféré ne pas citer son nom''... ahurissant et déplorable. La vérité est que depuis le début de cette crise ce gouvernement a accordé bien plus d'importance aux chiffres abstraits, intangibles et virtuels de reprise économique qu'au nombre bien réel de morts dans le pays. Cette situation me fait penser à une expérience que chacun connait : le Test de Milgram durant lequel un patient attaché sur un siège reçoit des décharges électriques de la part d'un sujet qui obéit - ou non aux injonctions d'une autorité, médicale dans ce cas. Le sujet qui inflige les décharges ne sait évidemment pas qu'il constitue l'objet de l'expérience. Le but de cette expérience consiste à déterminer ''le point de rupture'' du sujet face aux ordres de l'autorité en question, c-à-d le moment où il refusera d'obéir aux injonctions qui lui sont données, sachant que les électro-chocs vont jusqu'à la mort du patient si le sujet obéit à l'autorité jusqu'au bout du test. Chose remarquable : un nombre impressionnant de sujets ont été jusqu'au bout de l'expérience malgré les hurlements du patient attaché sur son siège. Pour les autres sujets, ceux qui ont refusé d'obéir aux ordres à un moment donné, le ''point de rupture'' était exactement ce moment où la situation devenait insupportable à leur propre conscience. Et vous, avec un pareil gouvernement, où pensez-vous que le ''point de rupture'' se situera ? De combien de dizaine de milliers de morts auront-ils encore besoin pour enfin décider d'accorder la priorité à l'humain plutôt qu'aux chiffres de la reprise économique...?

  • Posté par Raspe Eric, jeudi 25 novembre 2021, 9:38

    Peut être quand il auront atteint le chiffre d'un milliard d'économie réalisée dans la sécurité sociale par le gains des pensions à ne plus devoir payer aux morts?

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko