Accueil Léna

A São Paulo, le graffiti, art rebelle, tente d’éviter de devenir un outil du marché

Dans la métropole brésilienne la plus riche et la plus peuplée d’Amérique latine, les peintures murales ont remporté une bataille politique et culturelle pour l’espace public.

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 8 min

La dernière grande bataille de graffitis à São Paulo fut livrée lors d’une journée soigneusement mise en scène en janvier 2017. João Doria, grand amateur de marketing politique et de coups d’éclat, n’était même pas maire depuis un mois lorsqu’il s’est joint au personnel de nettoyage municipal pour pulvériser de la peinture grise sur les peintures murales de l’avenue 23 de Maio, la vitrine la plus emblématique de l’art urbain local. Comme tout autre travailleur, il portait un casque, une salopette et un masque. Les artistes ont protesté par des dessins sur d’autres murs.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs