Accueil Société

Les chauffeurs Uber, interdits d’exercer à Bruxelles, pourraient bénéficier «d’une solution intermédiaire»

L’exécutif bruxellois, en attendant son « Plan taxi », se serait mis d’accord pour chercher en urgence une façon de contourner l’interdiction de travailler touchant les chauffeurs Uber. Le secteur taxi affirme qu’il pourrait alors à son tour bloquer la capitale.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

C’était l’une des procédures qui opposait les taxis bruxellois aux chauffeurs Uber et on l’avait un peu perdue de vue. Mercredi, la cour d’appel de Bruxelles a rendu un arrêt « surprise » qui élargit en quelque sorte la portée d’un autre jugement tombé il y a six ans. A l’époque, en 2015, Uberpop, le service de covoiturage entre particuliers de l’entreprise américaine, avait été déclaré illégal à Bruxelles suite à une plainte déposée par les Taxis Verts. Désormais, c’est la version « pro » du service, qui occupe des chauffeurs ayant obtenu une licence LVC (location de voiture avec chauffeur) – et active depuis six ans donc sur le territoire de la Région –, qui a été condamnée à une quasi-inactivité à partir de vendredi soir.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs