Accueil Monde France

Migration: à Calais, le rêve de l’Angleterre est plus fort que la peur de la mort

L’arrivée du froid et le durcissement de la politique compliquent encore plus la vie des migrants dans les petits campements de Calais. La mort en mer de vingt-sept d’entre eux ne réduit pas leur motivation.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 6 min

Impossible de les voir depuis la rue du Beau Marais. Ils sont pourtant plusieurs dizaines d’hommes, souvent très jeunes, à avoir construit leur vie derrière ces talus aux herbes sauvages séchées de la périphérie de Calais. Le périphérique est à quelques dizaines de mètres. Le port, un peu plus loin. L’Angleterre, si proche… Et si lointaine. Chaque jour ou presque, ils tentent de l’atteindre. En vain, jusqu’à présent. Mais ce rêve pour lequel ils ont quitté leur Soudan natal, ils refusent de l’abandonner. Presque à n’importe quel prix. Certains sont même prêts à mettre leur vie dans la balance, comme ces 27 personnes décédées mercredi en tentant la traversée à bord d’un bateau de fortune. Ils étaient majoritairement Kurdes irakiens, Iraniens et Afghans. Une cérémonie d’hommage leur était rendue ce jeudi soir par des associations au parc Richelieu, à Calais.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Dagnelie Raphaël, vendredi 26 novembre 2021, 17:34

    VCe sont tous des cas malheureux mais je me pose la question où vont-ils trouver l'argent pour payer les passeurs

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs