Accueil Belgique

«On produit la mort des gens, c’est ça le problème»

La sécurisation des frontières montre ses limites et accentue in fine les risques pris par les migrants, estime la chercheuse Amanda Carolina Da Silva (ULG)

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 4 min

Doctorante et chercheuse en sciences politiques et sociales au Centre d’études de l’ethnicité et des migrations (Cedem) de l’Université de Liège, Amanda Carolina Da Silva a mené une partie de ses recherches sur l’impact de la sécurisation des frontières à Calais. Elle décrit un cercle vicieux : la sécurisation des frontières, en rendant les traversées plus difficiles, nourrit le modèle économique des passeurs, ce qui pousse à davantage de sécurisation, obligeant les migrants à se tourner vers des alternatives plus dangereuses, plus onéreuses.

On parle régulièrement des migrants des environs de Calais depuis maintenant 20 ans. Est-ce que les politiques ont beaucoup changé au fil des ans ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs