Accueil Économie Consommation

«Une gestion de crise lamentable», l’horeca en colère après le Comité de concertation

Le président de la Fédération horeca dit ne pas comprendre la limitation à six personnes par table dans les restaurants. « En soi, ça ne modifie pas la capacité des restaurants. Il y aura donc autant de monde qu’avant mais pas à la même table. Ça va à nouveau casser l’élan festif qui commençait à reprendre. »

Temps de lecture: 2 min

Le Comité de concertation de vendredi a acté une série de mesures visant le secteur de l’horeca. Ainsi, le nombre de personnes par table sera limité à six (sauf si personnes d’un même ménage), avec obligation de fermer les établissements à 23 heures (ouverture à partir de 5 heures) et seules les places assises à table seront autorisées, dès samedi.

Pour Maxence Van Crombrugge, président de la Fédération Horeca Wallonie, ces nouvelles mesures témoignent d’une « gestion de crise lamentable ». Il déplore que son secteur soit à nouveau mis à contribution alors qu’il a déjà consenti à de lourds efforts cette année, avec, notamment, cinq mois de fermeture. « Ce sont des mesures qui vont surtout porter atteinte aux cafés. L’ambiance commence généralement à monter vers 22 heures et les fêtes patronales qui approchent sont également très importantes pour les cafetiers. Sans oublier que certains comptaient sur leur proximité avec les marchés de Noël pour remonter la pente », explique-t-il à Belga.

Le président de la Fédération horeca dit ne pas comprendre la limitation à six personnes par tables dans les restaurants. « En soi, ça ne modifie pas la capacité des restaurants. Il y aura donc autant de monde qu’avant mais pas à la même table. Ça va à nouveau casser l’élan festif qui commençait à reprendre. »

Maxence Van Crombrugge demande également au monde politique de se pencher sur la source des clusters. « Il faut être plus attentif à la situation dans les écoles et les administrations publiques. Nos dirigeants doivent se montrer plus créatifs dans leur gestion de crise », conclut-il.

Du côté de la SDI, Fédération patronale interprofessionnelle, on déplore également les décisions du Comité de concertation. La Fédération appelle à la mise en place de nouvelles mesures de soutiens financiers : « Au regard des répercussions négatives des mesures adoptées pour l’horeca et le monde de la nuit, nous demandons que le gouvernement réactive ou prolonge au-delà du 31 décembre les mécanismes de soutien financier destinés à compenser les pertes de chiffre d’affaires des exploitants », demande Daniel Cauwel, président de la SDI.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Durieux Karine, vendredi 26 novembre 2021, 18:46

    "Ca va à nouveau casser l'élan festif qui commençait à reprendre". Il a tout compris le monsieur!

  • Posté par Dubois alain, vendredi 26 novembre 2021, 17:54

    @Rabozee Michel, les mauvaises pratiques de l'horeca sont connues mais pour ce secteur on ferme les yeux. C'est beaucoup plus simple et facile de taxer au maximum ceux et celles qui déclarent tous leurs revenus pour récompenser les fraudeurs du secteur horeca.

  • Posté par Raurif Michel, vendredi 26 novembre 2021, 17:19

    A la maison 186 à tables, pas de problème, mais dans un restaurant 6 MAX !!! Verboten.!!!! Il est de notoriété publique que le Covid frappe toujours après 22 heures !!!! Quelqu'un peut m'expliquer ?

  • Posté par Rabozee Michel, vendredi 26 novembre 2021, 17:28

    Qui vous a dit d'inviter 186 personnes ? Vous ne comprenez pas "limiter ses contacts" ? Seules les interdictions formelles avec amendes vous font suivre des règles de bon sens ? Et puis, vous allez râler qu'on ne peut plus se baser sur la responsabilité individuelle et vous allez crier à l'infantilisation. Ben, oui, la preuve qu'il faut infantiliser les gens (enfin, les 15 % bas du plafond), c'est votre commentaire !

  • Posté par Dubois alain, vendredi 26 novembre 2021, 16:09

    Soutenir financiérement des fraudeurs et des patrons qui ne déclarent pas leurs rentrées financières alors là c'est le pompom !! Ce secteur devrait disparaître.

Plus de commentaires

Aussi en Consommation

Deux enseignes concernées par des rappels de produits

La société Carrefour Market (groupe Mestdagh) rappelle un produit en raison de la présence possible de Listeria monocytogenes. L’Afsca émet, elle, un rappel de produit de chez Aldi en raison d’une présence de Salmonella.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
Geeko Voir les articles de Geeko