Accueil Société Enseignement

Ecoles: les voyages scolaires annulés jusqu’aux vacances de Carnaval

La ministre de l’Education, Caroline Désir, s’est accordée sur plusieurs mesures avec les acteurs de l’enseignement. Mais pas de grands changements à l’ordre du jour. Le masque ne sera pas imposé aux élèves de primaire. Les activités extrascolaires sont maintenues, à l’exception des séjours avec nuitées.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Des mesures importantes doivent être prises dans le secteur de l’enseignement  », a déclaré le Premier Alexander De Croo (Open VLD) lors de la conférence de presse, laissant la liberté aux ministres de l’Enseignement de prendre, d’ici lundi, les mesures nécessaires pour endiguer la progression de l’épidémie. Suite au Comité de concertation (Codeco), la ministre de l’Education, Caroline Désir (PS) a alors réuni les acteurs de l’enseignement. Plusieurs mesures avaient été mises sur la table par le fédéral : l’amélioration de la ventilation, la séparation des groupes classes, la suppression des activités extrascolaires, et l’obligation du port du masque.

Malgré la pression exercée par le ministre de la Santé et la recommandation des experts prônant désormais le masque dès sept ans, la ministre Désir est restée sur sa ligne de conduire : elle n’obligera pas les élèves de primaire à porter le masque. Il sera, en revanche, toujours obligatoire pour les enseignants de primaire et de secondaire, et pour les élèves de secondaire. « Difficile pour elle de faire marche arrière par rapport aux propos très fort qu’elle a tenu les dernières semaines », nous dit-on à bonne source. « Pourtant, les contaminations sont plus nombreuses dans le fondamental que dans le secondaire. »

Contrairement à ce qui avait été pressenti, les activités extrascolaires sont maintenues, à l’exception des séjours avec nuitées et ce jusqu’aux vacances de carnaval. Les fêtes sont interdites jusqu’aux vacances de Noël. « Il n’y aura pas de fête de Saint-Nicolas dans les écoles », avait d’ailleurs annoncé le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet (MR).

Autre changement : la présence de tiers extérieurs à l’intérieur de l’école sera à nouveau interdite. Fini les réunions de parents en présentiel, les réunions de profs, et les formations. Celles-ci auront lieu à distance. Les salles de profs pourront rester ouvertes, mais les contacts entre adultes devront être limités. De même pour les cantines où les groupes classes seront rassemblés pour éviter que les bulles ne se mélangent. Toutes ces mesures seront d’application à partir de la semaine prochaine et ce jusqu’au 24 décembre.

Priorisation des détecteurs de CO2

Une attention particulière sera apportée à la ventilation et à l’aération des locaux. Pour rappel, 2,4 millions d’euros ont été débloqués par le gouvernement de la FWB afin d’équiper les écoles en détecteurs de CO2. « Compte tenu des délais d’acquisition de ces dispositifs sur un marché qui connaît une tension importante, des arbitrages sont nécessaires et il convient de prioriser certains locaux et certains niveaux d’enseignement », a souligné la ministre de l’Education dans une circulaire publiée ce vendredi. Le Gouvernement souhaite mettre l’accent sur l’enseignement fondamental (maternel et primaire). D’une part, parce que le port du masque n’est pas requis pour les élèves. D’autre part, parce que la vaccination n’est pas étendue aux élèves de cette tranche d’âge. Pour l’enseignement secondaire, les locaux où le port du masque peut être relâché (cantines, salles de sport, salles de profs) seront ciblés.

Concrètement, chaque pouvoir organisateur recevra 50 euros par tranche de 15 élèves dans le fondamental. Une somme identique sera attribuée par tranche de 30 élèves dans l’enseignement secondaire. Pour l’heure, aucune date de mise en application n’a été communiquée.

Des discussions doivent se poursuivre entre la ministre et ses homologues des deux autres communautés afin d’envisager certains alignements. « Sur le port du masque, je ne pense pas qu’elle changera sa position pour s’aligner sur la Flandre », nous révèle une source bien informée. La Flandre, qui elle, impose le masque aux enfants dès dix ans lors de leurs déplacements à l’école.

Les règles en matière de testing et de tracing devront être affinées lors de la Conférence interministérielle (CIM) Santé de samedi. La possibilité de fermer une classe à partir de trois cas détectés – et non plus la moitié de la classe comme c’est le cas actuellement – serait sur la table. Enfin, l’accès prioritaire des enseignants pour la 3e dose devrait également être discuté. Reste à voir si ces mesures seront suffisantes pour le Gouvernement fédéral…

Retrouvez les derniers grands titres de l’actualité ICI sur www.lesoir.be

Ecoles: les voyages scolaires annulés jusqu’aux vacances de Carnaval

La ministre de l’Education, Caroline Désir, s’est accordée sur plusieurs mesures avec les acteurs de l’enseignement. Mais pas de grands changements à l’ordre du jour. Le masque ne sera pas imposé aux élèves de primaire. Les activités extrascolaires sont maintenues, à l’exception des séjours avec nuitées.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Des mesures importantes doivent être prises dans le secteur de l’enseignement  », a déclaré le Premier Alexander De Croo (Open VLD) lors de la conférence de presse, laissant la liberté aux ministres de l’Enseignement de prendre, d’ici lundi, les mesures nécessaires pour endiguer la progression de l’épidémie. Suite au Comité de concertation (Codeco), la ministre de l’Education, Caroline Désir (PS) a alors réuni les acteurs de l’enseignement. Plusieurs mesures avaient été mises sur la table par le fédéral : l’amélioration de la ventilation, la séparation des groupes classes, la suppression des activités extrascolaires, et l’obligation du port du masque.

Malgré la pression exercée par le ministre de la Santé et la recommandation des experts prônant désormais le masque dès sept ans, la ministre Désir est restée sur sa ligne de conduire : elle n’obligera pas les élèves de primaire à porter le masque. Il sera, en revanche, toujours obligatoire pour les enseignants de primaire et de secondaire, et pour les élèves de secondaire. « Difficile pour elle de faire marche arrière par rapport aux propos très fort qu’elle a tenu les dernières semaines », nous dit-on à bonne source. « Pourtant, les contaminations sont plus nombreuses dans le fondamental que dans le secondaire. »

Contrairement à ce qui avait été pressenti, les activités extrascolaires sont maintenues, à l’exception des séjours avec nuitées et ce jusqu’aux vacances de carnaval. Les fêtes sont interdites jusqu’aux vacances de Noël. « Il n’y aura pas de fête de Saint-Nicolas dans les écoles », avait d’ailleurs annoncé le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet (MR).

Autre changement : la présence de tiers extérieurs à l’intérieur de l’école sera à nouveau interdite. Fini les réunions de parents en présentiel, les réunions de profs, et les formations. Celles-ci auront lieu à distance. Les salles de profs pourront rester ouvertes, mais les contacts entre adultes devront être limités. De même pour les cantines où les groupes classes seront rassemblés pour éviter que les bulles ne se mélangent. Toutes ces mesures seront d’application à partir de la semaine prochaine et ce jusqu’au 24 décembre.

Priorisation des détecteurs de CO2

Une attention particulière sera apportée à la ventilation et à l’aération des locaux. Pour rappel, 2,4 millions d’euros ont été débloqués par le gouvernement de la FWB afin d’équiper les écoles en détecteurs de CO2. « Compte tenu des délais d’acquisition de ces dispositifs sur un marché qui connaît une tension importante, des arbitrages sont nécessaires et il convient de prioriser certains locaux et certains niveaux d’enseignement », a souligné la ministre de l’Education dans une circulaire publiée ce vendredi. Le Gouvernement souhaite mettre l’accent sur l’enseignement fondamental (maternel et primaire). D’une part, parce que le port du masque n’est pas requis pour les élèves. D’autre part, parce que la vaccination n’est pas étendue aux élèves de cette tranche d’âge. Pour l’enseignement secondaire, les locaux où le port du masque peut être relâché (cantines, salles de sport, salles de profs) seront ciblés.

Concrètement, chaque pouvoir organisateur recevra 50 euros par tranche de 15 élèves dans le fondamental. Une somme identique sera attribuée par tranche de 30 élèves dans l’enseignement secondaire. Pour l’heure, aucune date de mise en application n’a été communiquée.

Des discussions doivent se poursuivre entre la ministre et ses homologues des deux autres communautés afin d’envisager certains alignements. « Sur le port du masque, je ne pense pas qu’elle changera sa position pour s’aligner sur la Flandre », nous révèle une source bien informée. La Flandre, qui elle, impose le masque aux enfants dès dix ans lors de leurs déplacements à l’école.

Les règles en matière de testing et de tracing devront être affinées lors de la Conférence interministérielle (CIM) Santé de samedi. La possibilité de fermer une classe à partir de trois cas détectés – et non plus la moitié de la classe comme c’est le cas actuellement – serait sur la table. Enfin, l’accès prioritaire des enseignants pour la 3e dose devrait également être discuté. Reste à voir si ces mesures seront suffisantes pour le Gouvernement fédéral…

Retrouvez les derniers grands titres de l’actualité ICI sur www.lesoir.be

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par DOMINIQUE SCHOLLAERT, lundi 29 novembre 2021, 17:17

    Ce qui va être très difficile à faire accepter par la population ... changer radicalement son mode de vie actuel où les divertissements et les vacances sont devenus des idéaux de vie !!!. Gagner de l’argent pour se divertir, se satisfaire. Mais cette mentalité fait glisser vers l’insatisfaction d’une existence anesthésiée par le divertissement qui n’est pas du repos, mais une fuite de la réalité. L'être humain ne s’est jamais autant reposé qu’aujourd’hui, et pourtant, il n’a jamais autant fait l’expérience du vide qu’aujourd’hui ! Les possibilités de se divertir, de partir, les croisières, les voyages, tant de choses qui ne donnent pas la plénitude du cœur. Et d’ailleurs, qui ne donnent pas le repos ...

  • Posté par Fonder Daniel, dimanche 28 novembre 2021, 21:38

    Bientôt 2000 signatures, signez la pétition sur changé.organisée … contre cette mesure : https://www.change.org/p/mme-la-ministre-de-l-education-caroline-désir-pour-que-les-voyages-scolaires-avec-nuitées-aient-lieu?cs_tk=AkMDU7W6OowGRnnAp2EAAXicyyvNyQEABF8BvIIeSqXqi1X22KH1bsgsHys%3D&utm_campaign=26ad6d3e2320401992b00d62c4885a2b&utm_content=initial_v0_1_0&utm_medium=email&utm_source=guest_sign_login_link&utm_term=cs

  • Posté par Vanreck Frédéric, samedi 27 novembre 2021, 17:58

    Donc, pour rester en classe, pas besoin de masque parce que le virus ne circule pas, mais la même classe ne peut pas aller en classe de neige. L'altutude et le plein air rend peut être la covid plus virulente. Frédéric.

  • Posté par Raspe Eric, samedi 27 novembre 2021, 9:57

    L'amélioration de la ventilation. Laissez-moi rire. Regardez par la fenêtre, il neige! Eh oui, en hiver, il fait froid. La ministre l'aurait-elle oublié? Quel budget a-t-elle prévu pour compenser l'augmentation du coût de chauffage des bâtiments scolaires? Aérer, c'est refroidir. Pour garder le budget dans les clous, les directions le feront le moins possible parce que le prix du mazout, du gaz ou des pellets augmente fortement. Autant agir à la source et mettre une barrière à la dispersion du virus par un élève contaminé. En portant un truc pas cher mais bien pratique et efficace est disponible immédiatement sans attendre la livraison de détecteurs de CO2. Ce truc s'appelle bêtement un MASQUE. Ce n'est pas un gros mot ni un instrument de torture. Si on explique bien une mesure aux enfants, d'instinct, la majorité l'appliqueront correctement. Il ont été programmé par des millénaires de sélection naturelle pour le faire. C'est gravé dans leurs capacités d'apprentissage. L'exemple du Colorado en démontre toute l'utilité (voir le second graphique "School-age case rates for 48 Colorado school districts, comparing districts not requiring masks versus districts that did." de l'article https://www.cpr.org/2021/09/23/colorado-covid-in-schools-masks-vaccines/). Que la ministre ouvre les yeux et suivent la science. Pas les dogmes d'experts qui sacralisent indûment les enfants. Sinon, elle démontrera sa profonde incompétence et surtout qu'elle usurpe sa qualité de socialiste.

  • Posté par Raspe Eric, vendredi 26 novembre 2021, 19:45

    Elle poursuit les actions de destruction massive de l'héritage des pionniers du socialisme entamée par les demandeurs de rien. La honte! Elle n'est clairement pas à sa place. Quelle déception.

Plus de commentaires

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs