Accueil Société

Horeca, monde de la nuit, événementiel…: les réactions aux nouvelles mesures du Comité de concertation

Ce vendredi, le Comité de concertation a tranché. Le monde de la nuit est à nouveau contraint à la fermeture. L’horeca doit fermer ses portes à 23h et le secteur événementiel et sportif est à nouveau mis à mal. Après seulement quelques heures, les réactions fusent.

Temps de lecture: 5 min

Il fallait s’y attendre, face à la flambée des contaminations en Belgique, le Comité de concertation a décidé de resserrer la vis ce vendredi. De nouvelles mesures entreront en vigueur dès ce samedi. Des mesures qui ne font pas l’unanimité. L’horeca, l’événementiel, le monde de la nuit… les réactions s’accumulent.

Un bref rappel des nouvelles mesures

Concernant la vaccination, « l’ensemble de la population doit recevoir une dose vaccinale supplémentaire », cela après que certains groupes cibles (plus de 65 ans, prestataires de soins…) ont déjà été sollicités. Le Comité de concertation appelle à mettre en œuvre l’opération dès samedi, « afin qu’un maximum de personnes soient inoculées avant Noël ».

Dans l’événementiel (concerts…) : on autorise seulement les places assises. A l’extérieur, les organisateurs devront prendre les mesures adéquates afin de garantir la distanciation sociale. Dans l’horeca, les établissements ouvriront à 5 heures et devront fermer leurs portes à 23 heures. On autorisera maximum 6 personnes par table (places assises). Tandis que les discothèques, dancing doivent fermer leur porte.

Les compétions sportives à l’intérieur et à l’extérieur peuvent avoir lieu mais… sans public à l’intérieur. Les participants jusqu’à 18 ans accomplis peuvent être accompagnés par un membre de leur ménage. En intérieur, seuls les événements avec places assises uniquement sont autorisés, avec le CST et le port du masque. En extérieur, les règles de distanciation sociale doivent êtres respectés.

Enfin, les réunions privées à l’intérieur sont interdites – à ne pas confondre avec le domicile privé : là, on ne touche à rien, sauf s’il est fait appel à des services horeca professionnels –, sauf mariages et enterrements. Le Covid Safe Ticket est obligatoire à partir de 50 personnes à l’intérieur, et de 100 personnes à l’extérieur.

« C’est encore une fois l’horeca qui paie les pots cassés »

C’est ce qu’a déclaré d’emblée vendredi à Belga le président de la Fédération Horeca Bruxelles, Fabian Hermans, quelques heures après les annonces du Comité de concertation frappant, notamment, le secteur de l’horeca. Le restaurateur juge la fermeture à 23 heures et la limitation du nombre de convives à six par table (sauf s’ils sont de la même famille) totalement « incompréhensibles ».

« Financièrement, la situation est déjà extrêmement difficile. Nous avons perdu 35 à 40 % de notre chiffre d’affaires et Bruxelles s’est totalement vidé de notre clientèle », note Fabian Hermans. Il appelle aujourd’hui à un plan de soutien concret pour son secteur. « Nous avons besoin d’un paquet de mesure. Comment va-t-on payer les primes de fin d’années ? Je pense que c’est au Fédéral d’intervenir directement, les Régions sont exsangues. Nous sommes écœurés car on a l’impression de n’avoir aucune considération de nos dirigeants malgré tout ce qu’on a subi. »

La « gueule de bois » pour le monde de la nuit

La fermeture des discothèques et boîtes de nuit annoncée par le Comité de concertation vendredi est reçue comme une « vraie claque » et suscite « une incompréhension totale » pour tout le secteur du monde de la nuit qui prévoit le « retour des soirées clandestines sans aucun contrôle », se désole Lorenzo Serra, porte-parole de Brussels By Night Federation.

« Nous avions demandé aux autorités de ne pas jouer au yoyo, et elles n’ont pas tenu leurs promesses. Avec le Codeco de la semaine passée (obligation, en plus de la possession du CST, du port du masque ou d’exiger un autotest sur place, NDLR), nous avions déjà investi beaucoup d’argent pour payer des caisses entières d’autotests. Nous étions devenus l’un des secteurs les plus “safe” de Belgique avec ce CST+. Cette décision maintenant, c’est vraiment très dur à comprendre », renchérit M. Serra.

Même son de cloche dans l’événementiel

C’est la dernière fois que le secteur de l’événementiel se met en veilleuse. C’est ce qu’a déclaré vendredi la Confédération de l’événementiel (CE), qui réunit les organisations sectorielles des différentes branches du secteur de l’événementiel, à l’issue du comité de consultation. C’est aussi la dernière fois que le secteur se met en « lockdown ». « Après cette fermeture, nous n’accepterons aucun autre lockdown, ni par les bourgmestres, ni par les gouverneurs. Il faut décider politiquement une fois pour toutes de qui est responsable de notre secteur. Les hommes politiques doivent assumer et communiquer cette responsabilité une fois pour toutes », indique le rapport de la Confédération de l’événementiel.

L’incompréhension du monde sportif

De son côté, la Fédération sportive flamande ne comprend pas pourquoi les spectateurs ne sont plus autorisés à assister à des sports en salle, alors qu’ils le sont toujours pour les concerts. « Où est la logique ? », questionne Robin Ramakers, responsable de la Fédération. « Nous sommes satisfaits que les sports soient autorisés à se poursuivre », déclare M. Ramakers. « Seulement, nous avons un sentiment amer sur le fait qu’aucun public n’est autorisé. Quelle est la différence entre un public assis à un match sportif et un public assis à un concert. Il n’y a pas de clarification quant à la raison pour laquelle le sport est visé. Lors d’un concert, les gens sont tout aussi susceptibles de chanter ou de crier quelque chose. »

> Coronavirus : jusqu’à dix fois plus de risques d’aller aux soins intensifs pour les non-vaccinés

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Moriaux Raymond, vendredi 26 novembre 2021, 19:16

    Nous, c'est des constantes lamentations de ce "secteur" qu'on en a marre. Et de leurs puériles réactions de victimisation. Ils se présentent comme des punis pour mieux se soustraire à leurs responsabilités.

  • Posté par Moriaux Raymond, vendredi 26 novembre 2021, 19:17

    Et la complaisance des médias à leur égard devient elle aussi franchement fatiguante...

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko