Accueil Société

Fabienne Glowacz (ULiège): «La population n’est pas prête à réduire le nombre de ses contacts rapprochés»

Avec la vaccination, l’espoir d’un retour à la normale était dans tous les esprits. « Ces nouvelles mesures font l’effet d’un choc », atteste la psychologue Fabienne Glowacz. Elle estime que les Belges sont prêts à les accepter, tant que cela n’impacte pas leur sphère intime.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Fabienne Glowacz est directrice de l’unité de recherche ARCH (adaptation résilience et changement) au sein de la faculté de psychologie de l’Université de Liège. Egalement membre du groupe d’experts « Psychologie et Corona », elle estime que les Belges sont prêts à accepter de nouvelles mesures, pour autant qu’elles ne portent pas atteinte aux contacts rapprochés.

La population est-elle capable de se remettre, une nouvelle fois, dans un esprit combatif ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

22 Commentaires

  • Posté par lambert viviane, dimanche 28 novembre 2021, 18:19

    Ah les psy! Une communauté de docteur Folamour bien néfastes à la société. .

  • Posté par lambert viviane, dimanche 28 novembre 2021, 18:19

    Ah les psy! Une communauté de docteur Folamour bien néfastes à la société. .

  • Posté par collin liliane, dimanche 28 novembre 2021, 14:12

    A lire: " Le pouvoir des psychologues".

  • Posté par massacry olivier, dimanche 28 novembre 2021, 16:29

    A décharge lire aussi Howard Buten, Pontalis, Bauchau, ect.

  • Posté par M. G., dimanche 28 novembre 2021, 12:05

    Quel scoop .....

Plus de commentaires

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs