Accueil Société

Coronavirus: l’horeca et la nuit dénoncent des «recettes qui ne fonctionnent pas»

Fâchés et dépités par d’énièmes restrictions, restos, bars et boîtes demandent davantage de cohérence et de créativité au monde politique « pour vivre avec le virus ». Et de l’aide pour compenser des pertes à venir en cette fin d’année sans doute peu festive.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Colère, incompréhension, dépit. C’est ce mélange de sentiments qui, suite aux décisions du Comité de concertation de ce vendredi, caractérise les réactions des représentants de l’horeca et du monde de la nuit. Restos, bar et boîtes subissent en effet d’énièmes mesures restrictives depuis le début de la pandémie de covid. Ce sont les discothèques qui souffrent le plus : les voilà refermées sur le champ, 56 jours seulement après leur sortie d’une année et demie de coma.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Constant Depiereux, dimanche 28 novembre 2021, 10:38

    Le secteur Horeca et celui de la nuit ont majoritairement fait des efforts significatifs et nous nous devons de les remercier. Ils sont aujourd'hui victimes de l'inconsistance de nos politiques (le coupable relâchement en Flandre) mais aussi - et surtout - de l'incivisme croissant de certains de leurs clients

  • Posté par Raspe Eric, samedi 27 novembre 2021, 10:33

    Sur quelle base scientifique peuvent-ils prétendre que leur secteur est sûr? Qu'ils présentent aussi par la même occasion les évidences scientifiques qui incriminent les véritables secteurs à l'origine de la propagation. Et pas de données du style mon petit doigt l'a dit. LE fait est que ces données n'existent pas. Par dogmatisme idéologique borné de ceux qui à tout prix ont voulu sacraliser notre vie privée et ont donc interdit d'utiliser les données de nos objets connectés. Alors que des firmes commerciales exploitent et s'enrichissent justement gr^ce à l'exploitation de nos données sans que personne n'y trouve à redire.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, samedi 27 novembre 2021, 13:05

    Et <aux tests>, de même.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, samedi 27 novembre 2021, 13:03

    <ces tests...> plutôt.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, samedi 27 novembre 2021, 13:02

    En attendant, une "boite de nuit" n'est pas (et de loin) l'endroit où, le "port correct" d'un masque ou le maintien d'une "distanciation physique" minimale est généralement respectée (euphémisme)... Quant au contrôle du <CST> et à la réalisation de tests antigéniques "rapides" préalables, même s'ils apportent une certaine couche supplémentaire de "sécurité", il faut bien être conscient que cette dernière est loin d'être absolue. Pour rappel, les tests antigéniques, s'ils ont l'avantage d'être "rapides" et de pouvoir détecter efficacement des cas positifs, sont par contre très peu fiables en cas de négativité du test (contrairement aux test qRT-PCR). Ce dernier fait est généralement et largement "passé à la trappe" par ceux qui effectuent ces test...

Plus de commentaires

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs