Accueil Culture Cinéma

Pedro Almodovar: «Les années 80 me manquent»

Pour la cinquième fois en compétition à Cannes, Pedro Almodovar défend « Julieta », un drame sec et bouleversant.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 5 min

L’affaire des « Panama Papers » planait fatalement autour de Pedro Almodovar quand il a débarqué en conférence de presse après la projection de Julieta. Aucune consigne n’avait été donnée préalablement. Donc un journaliste courageux a posé la question qui brûlait les lèvres de pas mal de confrères sur les conséquences de l’affaire « Panama papers » sur sa création. Alors que le médiateur recadrait immédiatement les choses en soulignant qu’on était là pour parler du film et de rien d’autre, Pedro Almodovar a botté en touche en disant : « Votre question est trop générale. Mon nom et celui de mon frère sont les moins importants dans cette liste. Et puis on ne sait pas de quoi il s’agit exactement. Il n’y a pas eu assez d’enquête. Mais la presse espagnole nous a traités comme si on en était les acteurs principaux. Si les Panama Papers étaient un film, mon frère et moi ne serions même pas au générique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs